/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: nos experts répondent à vos questions

Coup d'oeil sur cet article

Encore une fois, nous avons reçu une multitude de questions en lien avec la pandémie de la COVID-19. Voici quelques réponses de nos experts.  

Nous tenterons de répondre à vos questions au cours des prochains jours, si vous nous faites parvenir un courriel à l’adresse coronavirus@quebecormedia.com .    

Est-il plus sécuritaire de s’isoler en campagne pendant la crise? (Danielle Villeneuve)   

«Les problèmes avec ces pandémies, c’est la chaîne de propagation. Si nous sommes capables de briser cette chaîne, ça aura un effet positif sur le nombre de cas. S’isoler et rester dans la maison, ça aidera beaucoup puisqu’il y a moins de gens à risque d’attraper le virus.»    

- Dr Kianoush Rashidan, chargé de cours au Département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal.   

Nous sommes âgés de 75 et 84 ans. Devrions-nous annuler nos services d’entretien ménager pour minimiser les risques de propagation? (Louis Massé)   

«Ce groupe est considéré à haut risque, au système immunitaire fragile. [...] La meilleure stratégie est de diminuer ou d’arrêter les contacts directs avec les gens dans le groupe de sujets fragiles. Si quelqu’un entre chez une personne âgée, c’est une bonne pratique d’avoir le masque et de bien désinfecter à son départ. Idéalement, on s’arrange seul, si possible.»   

- Dr Kianoush Rashidan   

Après 14 jours en quarantaine, est-ce sécuritaire de rapatrier mes petits-enfants pour les garder? (Sylvie Amiot)   

«Quatorze jours, ce n’est pas un nombre magique. Ça peut être moins ou plus. Les probabilités diminuent, mais (la COVID-19) n’aura peut-être pas totalement disparue. Si les grands-parents sont en contact avec les petits-enfants, il faut toujours respecter les mesures d’hygiène de base, éviter de se toucher le visage et désinfecter les vêtements potentiellement contaminés, même après la période de 14 jours.»    

- Dr Kianoush Rashidan   

Quelles mesures pouvons-nous prendre lorsqu’on sort faire une marche? (J. Vézina)   

«Évitez les endroits avec beaucoup de gens. Si vous voulez vous promener dans le parc avec un ami, les risques sont minimes. Il faut surtout éviter les rassemblements dans les endroits fermés.»    

- Dr Kianoush Rashidan   

Quel indicateur nous permettra de savoir que la crise se résorbe, notamment au niveau du nombre d’infections quotidiennes? (Nathalie Bélanger)   

«Si nous sommes capables de contrôler les propagations, on va entrer dans la phase plateau. Au Québec, on est déjà en bonne position: les écoles sont fermées, plusieurs règlements sont en place, mais il y a encore des risques dans les endroits publics. Je suis optimiste. Je pense qu’on va contrôler ça et qu’on va sortir de ce tunnel avec un minimum de dommages.»    

- Dr Kianoush Rashidan   

J’ai 73 ans. Si j’utilise ma voiture et que je ne sors pas du véhicule, suis-je à risque? (Serge)   

«Vous pouvez désinfecter les surfaces qui ont été touchées, mais les risques sont faibles. Par contre, les stations d’essence sont très propices à la contamination, puisqu’on touche beaucoup de choses. Je conseille d’aller dans une station où on offre le service et de diminuer les contacts.»    

- Dr Kianoush Rashidan  

Je dois faire des suivis à l’hôpital pour des traitements de cancer. Vais-je devoir remettre le tout à plus tard en raison de la crise? (Guy Vézina)   

«Il n’y a aucun traitement de cancer qui est reporté. Il n’y a aucune directive ministérielle qui a été acheminée aux établissements en lien avec les traitements de cancer. Si vous avez eu des traitements pour le cancer et que vous vous posez des questions, contactez votre médecin traitant ou l’établissement», nous a indiqué le ministère de la Santé, jeudi après-midi.    

À la façon des paiements hypothécaires, est-ce que des mesures sont prévues pour alléger le fardeau des locataires? (Louis Boileau)   

«Il va falloir être patient, et (les propriétaires) devront travailler avec leurs locataires pour trouver des solutions. [...] On a échangé avec le gouvernement, mais il n’y a pas de mesures concrètes jusqu’à maintenant. [...] Si vous n’êtes pas capable de payer à temps, entrez en contact avec votre propriétaire, et on travaillera de concert pour trouver une solution.»    

- Martin Messier, président de l’Association des propriétaires du Québec.