/entertainment/music
Navigation

Ellie Goulding vante Jean-Michel Blais sur Facebook

«Une des plus belles chansons du monde», dit la star de la pop à propos de la chanson Roses

Ellie Goulding vante Jean-Michel Blais sur Facebook

Coup d'oeil sur cet article

«C’est une des plus belles chansons au monde.» Dans une story qu’elle a partagée à ses 12 millions d’abonnés Facebook, tard mercredi, la star anglaise de la musique pop Ellie Goulding déclare son amour pour la pièce Roses du pianiste montréalais Jean-Michel Blais.  

  

Hochant doucement la tête, l’air paisible et recueilli, la chanteuse de 33 ans se filme en train d’écouter Roses et d’en dire tout le bien qu’elle en pense dans une séquence qui s’étend sur deux storys. Dans une troisième vignette, elle écrit le titre de la chanson et l’adresse Twitter de son créateur.  

  

«C’est malade», s’est exclamé Jean-Michel Blais, que le Journal a joint chez lui. «J’ai de la misère à y croire.»  

L’intérêt de Goulding pour les compositions néoclassiques de Blais n’est pas récent. « Ça fait un bout qu’on s’écrit. Elle devait venir voir un show à Londres, mais finalement elle n’avait pas pu et m’avait écrit pour s’excuser», confie le musicien, qui se dit fan de la chanteuse.  

«J’aime le fait qu’une artiste pop comme Ellie, qui est très impliquée dans la composition et la production de sa musique, s’intéresse à ce que je fais.»  

«J’aimerais faire de la musique avec elle »  

Quant à l’impact que pourrait avoir la publication d’Ellie Goulding, Jean-Michel Blais se dit incapable de l’évaluer.  

Je sais qu’en moins de 24 heures, on a dépassé les 10 000 abonnés à mon compte Instagram. Je pense que c’est relié. Mais si tu me demandes ce que j’en pense, je te réponds que j’aimerais faire de la musique avec elle. Je suis un artiste, pas un analyste de données. »  

Ce n’est pas la première fois qu’une personnalité connue lance des fleurs publiquement à Jean-Michel Blais. Le cinéaste M. Night Shyamalan (Le sixième sens) avait révélé sur les réseaux sociaux qu’il écoutait la musique du Québécois tout en écrivant son prochain film.  

«C’était mon plus gros tweet à vie», se rappelle Blais.  

La musique qui voyage  

Cette histoire prouve que malgré la fermeture des frontières à cause du coronavirus, la musique ne cesse de voyager et d'apaiser les âmes.  

«Roses est une pièce face à l’inévitable de la vie, la dureté des événements et comment la musique peut, des fois, mettre un baume», note le musicien.  

Jean-Michel Blais est doublement chanceux puisque la crise survient dans une période où il n’avait pas de concert à son horaire. Il est en écriture et entend en profiter pour regarder des classiques du cinéma.  

«Tout à coup, on se retrouve à la maison avec du temps. Dans mon cas, je me retrouve enfin avec l’espace psychologique pour plonger dans l’œuvre d’Andreï Tarkovsky et Ingmar Bergman. C’est le temps ou jamais de connecter avec des nouveautés, mais aussi des grands du passé.»