/news/coronavirus
Navigation

Les communautés Atikamekw bloquent l’entrée aux visiteurs

«Il n’y a aucun cas dans les communautés atikamekw et on veut garder ça ainsi»

Grand Chef Constant Awashish, crédit photo: Conseil de la Nation atikamekw
Grand Chef Constant Awashish, crédit photo: Conseil de la Nation atikamekw

Coup d'oeil sur cet article

Postes de contrôle à l’entrée et guérites mises en place, les trois communautés de la Nation atikamekw, à ce jour épargnées par la COVID-19, ferment leurs communautés aux non-membres depuis mardi afin de protéger leurs résidents.  

«Il n’y a aucun cas [du virus] dans les communautés atikamekw et on veut garder ça ainsi, affirme Constant Awashish, Grand Chef du Conseil de la Nation atikamekw, au téléphone.  En ce moment, on est en phase prévention. Il ne faudrait pas entrer en phase intervention.»  

Les communautés de Wemotaci et Opitciwan, situées en Mauricie, ainsi que le village de Manawan, situé à plus de quatre heures au nord de Montréal, dans la région de Lanaudière, ont installé des postes de contrôle pour surveiller le va-et-vient et «procéder à certaines vérifications de triage et d’information». 

Graves proportions

« Le contexte de la crise sanitaire du COVID-19 met en exergue la vulnérabilité de nos communautés qui, éloignées et contraintes par un manque criant de logements, nous oblige à un maximum de précautions pour éviter l'émergence d'un moindre cas de Covid-19 », écrit Constant Awashish dans un communiqué de presse partagé le 17 mars. Il ajoute qu’une propagation du virus pourrait rapidement prendre des graves proportions dans ces petites communautés. 

Constant Awashish admet que ces mesures draconiennes ont d’abord semé la confusion. «C’est sûr qu’il y a eu de l’incompréhension. À Manawan, ça a été très musclé, si tu n’étais pas membre, tu ne rentrais pas, dit-il. Le Conseil a cependant été contraint d'assouplir ces mesures afin de permettre aux résidents de Manawan, d’Opitciwan et de Wemotaci de circuler librement d’une communauté à l’autre. 

« Souvent, il y a des enfants d'un père qui vient d’une autre communauté, et ça a créé une certaine tension», explique le Grand Chef. Il ajoute que les résidents qui visitent des centres urbains doivent se placer en quarantaine à leur retour dans les communautés et que cette nouvelle consigne ne s’applique pas aux employés de services essentiels. 

Avec ces mesures de prévention, la Nation Atikamekw emboîte le pas à plusieurs autres petites communautés, comme le comté de Dare, en Caroline du Nord et l’île de North Haven, au Maine, qui interdisent jusqu’à nouvel ordre l’accès aux visiteurs.   

Autosuffisance

Constant Awashish affirme qu’outre la prévention d’infections, le Conseil souhaite s’assurer que ses communautés sont équipées pour gérer elles-mêmes la pandémie.   

Il souligne que les trois villages sous sa juridiction sont à un minimum de deux heures de route des hôpitaux les plus près: les résidents de Manawan doivent se déplacer à Joliette, ceux de Wemotaci se rendent à Shawinigan, et ceux d’Opitciwan, à Roberval. «Ce qui serait idéal pour nous serait d’avoir des installations de type-hôpital ambulant, explique-t-il. Si la pandémie est dans les grandes villes, pourquoi évacuer nos populations vers ces grands centres? Pour nos, la logique c’est de garder nos gens dans les communautés.»  

Le Grand Chef explique aussi avoir demandé au gouvernement fédéral de leur fournir plus de masques de gants et de produits désinfectants. Il souhaite aussi avoir le nécessaire pour effectuer le dépistage du COVID-19 sur place.  

«J’ai fait représentations auprès des gouvernements pour qu’on puisse avoir des kits pour tester les gens directement dans la communauté et envoyer les tests. Au lieu d’envoyer nos gens, on enverrait nos tests.»   

À l’heure actuelle, il ne sait toujours pas si ce sera envisagé. 

Outre ces mesures, Constant Awashish dit que la vie continue aussi normalement que possible. Les épiceries ont doublé leurs commandes et encouragent l’achat local, et les gens suivent généralement les consignes de prévention.