/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: L’exercice à domicile gagne en popularité

Bond des ventes d’appareils d’entraînement à la maison

appareils entrainement domicile
Photo Jean-François Racine Même si les clients en magasin se font parfois rares, l’intérêt pour les appareils d’entraînement à domicile grimpe rapidement depuis une semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Confinés à la maison, plusieurs Québécois ont décidé de bouger à l’intérieur puisque les appareils d’entraînement à domicile se vendent un peu plus depuis quelques jours.  

Si le Dr Arruda a choisi de faire de la cuisine, d’autres citoyens qui écoutent les directives des autorités veulent perdre des calories pour éviter de se retrouver en surpoids après la crise.  

Après les demandes du premier ministre Legault de demeurer à la maison, les ventes d’appareils d’entraînement à la maison ont bondi dans certains magasins.  

Rameurs, tapis roulant, elliptique, vélos, poids libres, les gens cherchent à garder la forme ou à la retrouver. Avec beaucoup de temps, il faut s’occuper le corps et l’esprit. À la sueur de leur front, bon nombre affichent une belle volonté. Reste à voir si les habitudes vont perdurer après coup.  

«On a remarqué. Il y a encore de la neige et le gym n’est plus accessible. Le tapis roulant est populaire. C’est automatique. On a vu une hausse», mentionne Martin Rathé, président-directeur général de Club Piscine Super Fitness.  

Dans ce réseau de franchisés, chaque propriétaire est responsable de ses décisions. Des magasins sont fermés et certaines succursales ont du personnel âgé de 70 ans et plus. Les commandes et la livraison sont toujours possibles.  

Hausse des ventes  

«Des clients veulent du bon marché pour une période temporaire, alors j’ai vendu mes démos», a confié un employé de Saint-Georges, en Beauce.  

«Nos démos sont vendus. Oui, les ventes sont plus élevées et les appels sont nombreux», a aussi affirmé une travailleuse de Fitness L’Entrepôt, sur la rue Marais, à Québec.  

Avec les mesures adoptées par le gouvernement du Québec, de nombreux centres d’entraînement ont dû fermer leurs portes.  

Plusieurs établissements ont imaginé des moyens créatifs pour conserver des liens avec leurs membres pendant la fermeture.  

Un peu partout, beaucoup de gens s’entraînent déjà à la maison par l’intermédiaire d’applications ou de programmes en ligne. Dans les derniers jours, des centres tentent également l’expérience de cours gratuits à distance.  

Le premier ministre Legault a ordonné dimanche la fermeture de la majorité des lieux publics, incluant les centres d’entraînement, spinning ou yoga.