/news/coronavirus
Navigation

Deux cas de la COVID-19 dans des ministères de la région de Québec

Les employés du gouvernement doivent faire du télétravail, plaide le syndicat

Coup d'oeil sur cet article

Il importe d’envoyer rapidement les employés du gouvernement en télétravail, plaide le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, alors que deux cas de COVID-19 ont été détectés dans des ministères de Québec et Lévis.  

• À lire aussi: COVID-19: 121 cas au Québec, Legault demande d'éviter les déplacements interrégionaux  

• À lire aussi: «Envoye à maison!»: Legault demande aux personnes âgées d’éviter les centres d’achats 

Malgré les recommandations encourageant le télétravail, des fonctionnaires se rendent encore à leur bureau chaque jour, faute d’être équipés pour travailler de la maison. Une situation qui crée de l’inquiétude chez plusieurs des membres du SFPQ.   

«Il faut éviter tout contact possible. Si on regarde le Complexe G, il y a encore une centaine de personnes qui vont travailler là aujourd’hui et qui se croisent dans les ascenseurs», déplore le président du syndicat, Christian Daigle.  

Deux cas  

Selon les informations obtenues par Le Journal, deux cas de COVID-19 ont été confirmés à ce jour dans la fonction publique. Il s’agit d’un employé du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), à Québec, ainsi que d’un employé du ministère des Transports (MTQ), à Lévis, selon des échanges internes consultés par Le Journal.  

Dans le premier cas, l’employé du MFFP se serait présenté au bureau, le 12 mars dernier, alors qu’il revenait de voyage. Il aurait été sommé aussitôt de retourner chez lui et de se placer en isolement. Il a été déclaré positif, mercredi. Il n’aurait pratiquement pas eu de contacts avec ses collègues, qui n’ont pas été placés en isolement.

Dans le second cas, l’employé de Transports Québec aurait reçu un diagnostic positif de COVID-19 mardi. Aussi de retour de voyage, il aurait été en contact étroit avec des collègues, qui ont été avisés et placés en isolement depuis.


En télétravail  

Or, autant au MFFP qu’au MTQ, des employés qui n’ont pas d’accès au télétravail doivent encore se rendre au bureau. Une situation inacceptable pour le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), qui exhorte les gestionnaires à renvoyer les fonctionnaires à la maison, services essentiels ou non, télétravail ou non.    

«Minimalement, ce qu’on devrait faire, c’est d’envoyer les gens chez eux. Et quand l’équipement de télétravail sera disponible, qu’on aille le chercher et ils pourront travailler à la maison. C’est ce qu’on espère qu’ils puissent faire rapidement», plaide Christian Daigle.

Ministères récalcitrants  

Le syndicat déplore l’improvisation de certains ministères face à la situation. Surtout que le secrétariat du Conseil du trésor a fait parvenir une directive claire, mercredi, pour que tous les ministères identifient rapidement les services essentiels, pour retourner tous les autres à la maison, en télétravail.      

«C’est à géométrie variable. On a des ministères qui travaillent très bien, qui renvoient les gens chez eux, même s’ils n’ont pas l’équipement pour continuer à faire du télétravail. Mais il y a des ministères où c’est problématique, où les gestionnaires s’attendent encore à ce que les gens rentrent travailler», illustre-t-il.      

«Encore hier, il y avait beaucoup d’endroits où il n’y avait pas de lingettes, pas de Purell. Ça a un impact pour ces gens-là! On de la difficulté dans les centres d’appel aussi, où les mesures sanitaires ont de la difficulté à être mises en place. On le voit aussi dans les petits bureaux, où les gestionnaires ne prennent pas ça assez au sérieux», poursuit-il.       

Joint par Le Journal jeudi, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs assurait que sur la vingtaine d’employés encore dans les bureaux de Québec, un «maximum passera en mode télétravail d’ici la fin de cette journée». Transports Québec n’avait, quant à lui, pas rendu nos appels au moment d’écrire ces lignes. 

Le télétravail mis en place progressivement à la Ville de Québec  

Interrogée mercredi au sujet du télétravail à la Ville de Québec, Chantale Giguère, coordinatrice municipale de la sécurité civile, a expliqué que la mesure ne concerne pas les services essentiels comme les policiers et les pompiers ou les cols bleus qui travaillent sur le terrain. Ceux-ci forment au moins la moitié des employés municipaux.       

Pour l’autre moitié des travailleurs municipaux, la mesure ne touchera, dans le meilleur scénario, que 25 à 30% d’entre eux, a-t-elle ajouté.      

«L’exercice de télétravail a débuté lundi, a rappelé Mme Giguère. On a tout près de 2000 accès VPN [acronyme anglais pour Réseau Privé Virtuel] accessibles à distance. Cela dit, on n’a jamais déployé 2000 accès VPN en même temps. On y va progressivement.»        

D’après elle, «d’ici quelques jours, l’ensemble des personnes qui peuvent faire une prestation de travail de chez [elles] sans nuire à la livraison de services pourront le faire dans la mesure où ils ont un ordinateur. Nous, on a la connexion sécuritaire qu’on déploie tout au long de la semaine. Ça se fait graduellement.»      

Selon les dernières données, la Ville de Québec compte 5116 employés.       

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla  

À VOIR AUSSI