/finance
Navigation

COVID-19 : la consommation d’électricité bondit de 2,3 %

GEN-Nouvel éclairage sur l'édifice d'Hydro Québec
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La consommation résidentielle d’électricité a bondi de 2,3 % depuis que la plupart des Québécois ont été confinés à leur domicile sur ordre du gouvernement, la semaine dernière. 

Hydro-Québec a été en mesure de dresser un premier état des lieux, sept jours après les premiers appels à l’isolement et à la distanciation sociale. En raison du télétravail ou simplement parce qu’ils sont davantage à la maison qu’à l’habitude, les clients résidentiels d’Hydro-Québec ont consommé bien plus d’électricité qu’en temps normal, selon la société d’État. 

« Au chapitre de la consommation résidentielle qui s’élève au total à 1720 GWh pour la période du 13 au 19 mars, nous avons constaté en moyenne une augmentation d’environ 2,3 % pour les jours de semaine », a indiqué au Journal un porte-parole de la société d’État, Cendrix Bouchard. 

Pour les jours de fin de semaine, le fournisseur d’électricité a constaté une augmentation de 2,1 % environ, pour une consommation totale de 510 GWh. 

En revanche, et sans surprise, la consommation commerciale est en chute. Hydro-Québec constate une baisse d’environ 3,1 % pour les jours de semaine.   

Hydro étudie des mesures d’aide

Dans les circonstances, Hydro-Québec étudie « plusieurs scénarios » afin d’appuyer ses clients résidentiels. 

« Il reste encore beaucoup de vérifications qui doivent être faites concernant la hausse de consommation. Plusieurs scénarios sont sur la table. L’augmentation reste marginale, il ne faut pas penser qu’elle va faire augmenter nos revenus », a dit M. Bouchard.  

Il invite les clients d’Hydro-Québec qui pourraient avoir des difficultés à payer leur facture à contacter le service à la clientèle, par l’entremise du site web ou du téléphone.  

Déjà, lundi, le Journal révélait que les Québécois talonnés par Hydro-Québec pour défaut de paiement ne seraient pas débranchés jusqu’à nouvel ordre, le temps que la crise de la pandémie de COVID-19 se dissipe.