/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Loto-Québec suspend ses ventes de loteries

Il s’agit d’une première depuis sa création en 1969

En fin de journée, vendredi, plusieurs kiosques, dans les centres d’achat, affichaient déjà « fermé », comme on pouvait le constater aux Galeries Charlesbourg.
Photo Jean-François Desgagnés En fin de journée, vendredi, plusieurs kiosques, dans les centres d’achat, affichaient déjà « fermé », comme on pouvait le constater aux Galeries Charlesbourg.

Coup d'oeil sur cet article

En raison de la pandémie de coronavirus, le gouvernement Legault a demandé à Loto-Québec de fermer ses terminaux et de suspendre la vente de ses billets de loterie partout, sauf en ligne.

• À lire aussi: 139 cas de la COVID-19 au Québec; Il faut protéger les travailleurs de la construction, dit François Legault  

• À lire aussi: COVID-19: François Legault ne vise un retour en classe qu'au début mai  

« Loto-Québec suspendra la vente de loteries et procédera le plus rapidement possible à la fermeture des terminaux de vente, chez les détaillants et dans les kiosques », a confirmé le porte-parole de la société d’État, Patrice Lavoie, vendredi après-midi.

En fin de journée, vendredi, plusieurs kiosques, dans les centres d’achat, affichaient déjà « fermé », comme on pouvait le constater aux Galeries Charlesbourg.
Photo Jean-François Desgagnés

Dès la fermeture des terminaux, il ne sera plus possible non plus de se procurer ou de faire valider un billet à gratter. Ces derniers devaient être désactivés à 22 h 30, vendredi, soir de tirage du Lotto Max, dont le gros lot était de 60 M$.

Il demeure toutefois possible de procéder à l’achat et à la vérification de billets de loterie à tirage sur internet.

Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre François Legault avait prévenu que son gouvernement souhaitait que Loto-Québec revoie ses pratiques.

En fin de journée, vendredi, plusieurs kiosques, dans les centres d’achat, affichaient déjà « fermé », comme on pouvait le constater aux Galeries Charlesbourg.
Photo Jean-François Desgagnés

Une décision prise politiquement

Questionnés, la veille, à propos des 70 ans et plus qui sont encore nombreux à faire la file au dépanneur ou à la pharmacie pour se procurer des billets de loterie, M. Legault et son ministre des Finances, Eric Girard, s’en étaient d’abord remis à l’autorité de la santé publique. La décision a finalement été prise politiquement.

« On ne veut évidemment pas que les personnes aillent au dépanneur seulement pour acheter un billet de Loto-Québec », a expliqué M. Legault, en pressant Loto-Québec d’agir rapidement.

En fin de journée, vendredi, plusieurs kiosques dans les centres d’achat affichaient déjà « fermé ». On en compte 113 à travers le Québec, dont 33 gérés par des OBNL. Certains organismes avaient déjà pris la décision d’interrompre leurs activités en raison des risques associés à la COVID-19.

Quelque 8500 détaillants, soit les dépanneurs, les pharmacies et les épiceries, ont vu leurs terminaux être désactivés.

En fin de journée, vendredi, plusieurs kiosques, dans les centres d’achat, affichaient déjà « fermé », comme on pouvait le constater aux Galeries Charlesbourg.
Photo Jean-François Desgagnés

 

« On ne veut pas inciter des personnes à sortir puis prendre des risques seulement pour aller chercher un billet de loto. » - François Legault, premier ministre du Québec
Photo Jean-François Desgagnés
« On ne veut pas inciter des personnes à sortir puis prendre des risques seulement pour aller chercher un billet de loto. » - François Legault, premier ministre du Québec

Finie la publicité

À compter de samedi, Loto-Québec cessera également de promouvoir ses jeux à travers les médias.

M. Legault en a profité pour annoncer que son gouvernement planche sur des mesures dont pourraient bénéficier les médias qui, comme dans plusieurs autres secteurs, souffrent des conséquences de la pandémie mondiale.

« Je sais que les médias actuellement, c’est difficile financièrement, a dit M. Legault. [...] Donc, on est en train de regarder ce qu’on peut faire financièrement, parce que c’est vraiment un secteur qui est critique pour les prochaines semaines, les prochains mois. »

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.