/news/education
Navigation

Des élèves du privé en classe virtuelle

À François-Bourrin, la présence est plus élevée en ligne qu’en classe

Des élèves du privé en classe virtuelle
Photos courtoisie, École François-Bourrin

Coup d'oeil sur cet article

Des élèves d’écoles privées font des devoirs et des leçons chaque jour à partir de la maison et certains fréquentent même des classes virtuelles où le taux de présence est plus élevé qu’en classe.

C’est le cas à l’école secondaire François-Bourrin, à Beauport, où 98 % des élèves assistent depuis mardi à des classes en ligne chaque avant-midi, un taux de présence qui est même plus élevé qu’à l’habitude.

Des élèves de l’école secondaire François-Bourrin, à Beauport, participent à des classes virtuelles avec des enseignants.
Photo courtoisie, École François-Bourrin
Des élèves de l’école secondaire François-Bourrin, à Beauport, participent à des classes virtuelles avec des enseignants.

  « C’est plus que positif, les élèves sont très engagés dans leurs apprentissages », affirme le directeur, Jean-David Meunier.

Dans cet établissement, les élèves ont droit à quatre classes virtuelles de 30 minutes chaque jour. Les enseignants sont aussi disponibles quotidiennement pour répondre à leurs questions pendant une période d’une heure.

Séminaire des Pères Maristes

Au Séminaire des Pères Maristes, à Québec, les élèves doivent se plonger dans leurs devoirs et leçons de deux à trois heures par jour à la maison.

Émile Dorval, élève de deuxième secondaire au Séminaire des Pères Maristes, est en ligne avec son enseignante de mathématique.
Photo courtoisie
Émile Dorval, élève de deuxième secondaire au Séminaire des Pères Maristes, est en ligne avec son enseignante de mathématique.

Émile Dorval, 14 ans, était devant l’écran vendredi avant-midi. Or, plutôt que de jouer aux jeux vidéo, le jeune garçon était en ligne avec son enseignante de mathématique, comme ses camarades de classe.

« J’aime ça, c’est bien organisé et comme ça, on sait qu’on ne va pas perdre ce qu’on a appris », lance cet élève de deuxième secondaire.

Les enseignants envoient aux élèves des travaux et des exercices à faire quand ils le veulent.

Miser sur la révision

Pour l’instant, les enseignants font de la révision plutôt que de présenter de nouveaux contenus, précise le directeur, François Sylvain.

« On ne prétend pas enseigner pendant ces deux semaines. Les enseignants vont davantage proposer aux élèves des activités de consolidation », dit-il.

Des enseignants pourraient aussi demander aux élèves d’amorcer un travail ou un projet à faire à la maison.

Si la fermeture des écoles se prolonge, comme l’a laissé entendre le premier ministre François Legault, l’établissement pourrait revoir sa formule afin d’enseigner de nouveaux contenus. Une salle d’enregistrement vidéo est déjà prête à être utilisée par les enseignants au besoin.

« On va attendre les consignes. On se prépare tranquillement pour la phase deux », lance M. Sylvain.