/news/coronavirus
Navigation

Des fraudeurs tentent de profiter de la crise

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre antifraude du Canada a recensé 29 cas où des arnaqueurs ont tenté de profiter de la situation depuis le début de la crise. Un chiffre qui ne serait que la pointe de l’iceberg selon nos informations. Voici neuf exemples de fraude.

PAYPASS 

Pour limiter la propagation du coronavirus, le Mouvement Desjardins a augmenté la limite pour effectuer ses achats avec les cartes de crédit sans contact. Des sources ont confirmé au Journal que des fraudeurs en profitent pour mettre la main sur des cartes de crédit volées et acheter en bloc des cartes-cadeaux, puisque la méthode sans contact ne nécessite pas de NIP.


LES CHÔMEURS 

Avec des milliers de Québécois qui perdent leur emploi en raison de la crise, des fraudeurs envoient des courriels en prétendant que pour obtenir du chômage, la victime doit leur envoyer des infos personnelles. La victime risque alors de se faire usurper son identité.


MÉDICAMENTS PÉRIMÉS 

Des faux représentants prétendent vendre des « tests de dépistage rapides » de la COVID-19, ou encore des médicaments liés à la maladie. Sauf que les tests sont bidon, le traitement miracle n’existe pas et les médicaments sont soit périmés, soit sans aucun rapport avec le coronavirus. Ils peuvent en plus mettre la santé à risque.


UN MASQUE... DANS TES RÊVES 

Des fraudeurs se sont fait passer pour la Croix-Rouge en affirmant fournir des masques de protection gratuitement. Sauf que la victime doit payer des prétendus frais d’expédition. Et une fois le montant versé, la victime ne reçoit évidemment rien.


TEST DE DÉPISTAGE... D'ARNAQUE 

Des arnaqueurs prétendent vendre sur le web des tests de dépistage de la COVID-19. La victime anxieuse achète le produit, mais ne reçoit rien. 


MISES À JOUR DOUTEUSES 

Des vilains se font passer pour l’Agence de la santé publique du Canada. On demande aux citoyens de cliquer sur un lien afin d’obtenir une mise à jour sur la situation de la COVID-19. Une façon de soutirer vos informations personnelles.

D’autres victimes se font dire par la (fausse) Santé publique qu’elles ont été testées positives à la COVID-19 et que pour obtenir une ordonnance, elles doivent fournir des informations personnelles et bien entendu le numéro de leur carte de crédit.


FILTRER AUSSI LES FRAUDES 

Avec la peur du coronavirus, des vendeurs de porte-à-porte prétendent offrir des filtres à air pouvant protéger de la COVID-19. Cet achat revient à jeter de l’argent par la fenêtre tout comme acheter des services de décontamination.


LISTE DE GENS MALADES 

Des fraudeurs sans scrupules se font passer pour des centres de prévention des maladies, et même pour l’Organisation mondiale de la santé afin de vendre de fausses listes de personnes atteintes de la COVID-19 dans le quartier.

4 conseils À SUIVRE  

  • Ne cliquez jamais sur des pièces jointes ou des liens suspects. 
  • Ne divulguez pas vos données personnelles et financières à une institution bancaire par courriel ou par téléphone, à moins que vous n’ayez communiqué vous-même avec celle-ci. 
  • Si une offre est trop belle pour être vraie, elle est probablement... trop belle pour être vraie
  • Vérifiez l’orthographe des courriels douteux, qui sont souvent remplis de fautes.  

Source : Sûreté du Québec et Centre antifraude du Canada