/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: les migrants irréguliers du rang Roxham seront renvoyés

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les migrants irréguliers qui tentent de franchir la frontière canado-américaine par le rang Roxham seront refoulés à compter de minuit, vendredi, dans la foulée des mesures prises pour contrer la pandémie de la COVID-19.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de coronavirus  

• À lire aussi: Les marchés boursiers regagnent en confiance mais restent fragiles  

«Les gens qui arrivent à la frontière de façon irrégulière vont être retournés dans les mains des autorités américaines pour retourner aux États-Unis», a annoncé le premier ministre Justin Trudeau, vendredi, dans son point de presse quotidien depuis sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa.  

La mesure fait partie de l’accord conclu avec l’administration Trump pour interdire temporairement tout passage non essentiel par la frontière canado-américaine.  

L’entente est prévue pour 30 jours, mais M. Trudeau a indiqué que celle-ci serait prolongée «aussi longtemps que la crise de la COVID-19 dure».  

Les migrants qui ont déjà franchi la frontière récemment seront placés en isolement pour une durée de 14 jours et pris en charge par Ottawa, a précisé le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair. On ne savait toujours pas où ils seraient logés, vendredi après-midi, malgré les demandes de précisions répétées par plusieurs journalistes en point de presse. La vice-première ministre, Chrystia Freeland, a néanmoins précisé que 90 personnes devraient être confinées.  

L’annonce de vendredi semble être un changement de cap pour le gouvernement Trudeau. Face aux demandes répétées des bloquistes et conservateurs pour que le rang Roxham soit fermé dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les libéraux répondaient, ces derniers jours, qu’il valait mieux placer les migrants irréguliers en quarantaine.  

Le premier ministre Trudeau a nié avoir changé son fusil d’épaule, vendredi.  

«Les gens qui sont arrivés en début de semaine [ou qui] sont en isolement, c'est une étape qu'on avait mise en place. Mais en même temps, on travaillait avec nos homologues américains pour essayer de trouver une façon qu'on pourrait développer de façon mutuelle pour traiter différemment les gens qui traversent de façon irrégulière», a-t-il offert.  

Quant aux travailleurs jugés essentiels qui pourront continuer de transiter par la frontière avec nos voisins du Sud, comme les camionneurs, le ministre Blair a assuré que leur état de santé sera suivi de près.  

«Nous avons [déjà] vu un déclin significatif des voyages non essentiels au courant des dernières 24 heures », a-t-il ajouté.  

Adapter la chaîne de production  

Le gouvernement Trudeau a aussi annoncé que le gouvernement fédéral allait soutenir les entreprises qui souhaitent augmenter leur production pour fabriquer davantage de matériel essentiel à la lutte contre la COVID-19, ou d'autres qui sont prêtes à changer leurs activités pour se consacrer à la cause.  

«Cette initiative va aider les compagnies qui fabriquent déjà des produits tels que des masques, des ventilateurs et du désinfectant pour les mains à augmenter massivement leur production», a-t-il expliqué.  

L’Association des fabricants de pièces automobiles pourrait par exemple reconvertir ses activités pour produire de l’équipement médical, a précisé M. Trudeau.  

Le ministre de l’Innovation, Navdeep Bains, a ajouté que des partenariats ont déjà été conclus avec trois entreprises, dont la compagnie montréalaise Medicom, qui produit du matériel de protection médical comme des masques et des blouses.  

Des Canadiens rapatriés  

Le premier ministre a également a aussi fait savoir qu'un premier vol pour rapatrier des Canadiens coincés à l’étranger se rendra au Maroc au courant du weekend.  

D’autres détails restent à être coordonnés avec les compagnies aériennes canadiennes pour ce qui est de tous les autres Canadiens pris à l’étranger.  

À VOIR AUSSI