/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: «Jusqu’à quel niveau on va s’endetter?» se demande un père de famille inquiet

Chrstian Paradis
Photo Nicolas Saillant Christian Paradis, mis à pied temporairement mercredi, avait la permission de revenir au garage presque désert pour travailler sur son véhicule personnel.

Coup d'oeil sur cet article

Compréhensifs devant leur mise à pied temporaire, plusieurs travailleurs qui n’ont jamais connu le chômage sont sous le «choc» devant l’inconnu généré par la crise du coronavirus.   

• À lire aussi: Longue file d’attente au bureau de Québec  

• À lire aussi: Petit guide pour les nouveaux chômeurs  

En situation de pénurie de main-d'œuvre il y a quelques jours, voilà que les garagistes font face à des «mises à pied massives» depuis le début de la semaine.  

Christian Paradis, un mécanicien qui travaille depuis plus de 15 ans chez Lallier Ste-Foy, a appris mercredi soir qu’il était sur la touche pour une période indéterminée.   

«Mon patron se sentait mal, mais on est compréhensifs», dit l’homme de 51 ans, père monoparental de deux enfants de 7 et 11 ans, qui est propriétaire d’une maison.   

Lucide face à la situation, ce dernier était surtout inquiet pour la situation financière des personnes mises à pied.    

«Ce qui m’inquiète le plus, c’est jusqu’à quel niveau on va s’endetter, se questionnait-il. Si on est obligé de s’endetter de 5000$, 6000$... Quand tu es déjà serré, c’est dur d’aller rechercher ce que tu as perdu.» La durée de la crise sera donc déterminante pour celui qui a travaillé toute sa vie.   

Vivre avec un seul salaire  

Pour sa part, Nicolas Gagnon, commis aux pièces chez Chicoutimi Chrysler depuis 10 ans, ne croyait pas que l’annonce viendrait si vite. «Ce n’est pas quelque chose de plaisant à entendre.»   

Avec deux enfants et une conjointe enceinte, M. Gagnon s’en remettra au revenu de retrait préventif de sa conjointe et à l’assurance-emploi, qu’il souhaite obtenir plus tôt que tard. «De toute façon, on ne peut pas sortir de chez nous, ça va coûter moins cher en loisirs», ironise-t-il.   

Le président du Syndicat national des employés de garage du Québec, Dany Caron, avoue que l’onde de «choc» est grande dans le milieu de l’automobile, mais il ne peut que constater qu’il n’y a «plus d’ouvrage dans les garages».   

«Une journée à la fois»  

Les travailleurs licenciés temporairement n’ont d’autre choix que de prendre les choses «une journée à la fois».    

  

Styve Gagnon faisait hier son dernier quart de travail au Subway avant de demander son chômage aujourd’hui.
Photo Nicolas Saillant
Styve Gagnon faisait hier son dernier quart de travail au Subway avant de demander son chômage aujourd’hui.

Styve Gagnon, quant à lui, faisait hier son dernier quart de travail dans un Subway de Québec avant de faire une demande de chômage aujourd’hui. «Je n’ai plus d’heures, quatre heures au Subway et huit heures à l’imprimerie», dit le père de cinq enfants qui travaillait 45 heures à deux endroits différents.   

«Pour moi, le chômage, c’est la seule solution, je vais me démerder.»   

Devant l'incertitude, les travailleurs, chômeurs pour la première fois de leur vie, ne peuvent qu’être résilients.   

«On ne peut être fâché contre personne, ce n’est de la faute à personne», concluait Nicolas Gagnon.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.