/news/politics
Navigation

COVID-19 : le décret de la ministre McCann est très mal reçu par les syndicats

La ministre de la Santé Danielle McCann en conference de presse a l’assemblée National sur les nouvelles mesures preventives contre le Coronavirus, samedi le 21 mars, 2020.  DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC
Photo Didier Debusschère La ministre de la Santé Danielle McCann en conference de presse a l’assemblée National sur les nouvelles mesures preventives contre le Coronavirus, samedi le 21 mars, 2020. DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Les syndicats de la santé sont en furie contre le gouvernement Legault qui a modifié par arrêté ministériel plusieurs dispositions de conditions de travail de leurs membres, notamment en matière de congés et d’horaires. 

• À lire aussi: Tous les rassemblements intérieurs et extérieurs interdits: restez chez vous 

• À lire aussi: COVID-19 au Québec: 5 décès, dont 4 dans la même résidence 

L’arrêté de la ministre de la Santé, Danielle Mc Cann, touche pratiquement tous les employés du secteur de la santé, syndiqués, non syndiqués et cadres. Il concerne, entre autres, outre les congés, les vacances et les aménagements du temps de travail, les mouvements de personnel, et l'embauche de personnel additionnel. 

À la Fédération de la santé du Québec, dans une lettre adressée aux membres, la présidente, Claire Montour, se demande si le gouvernement n’est pas en train de «couper les ailes à ses anges». L’expression «anges gardiens» vient du premier ministre Legault qui l’a employée pour parler des travailleurs de la santé. 

  • ÉCOUTEZ la réaction de Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, à QUB Radio:

Mme Montour qualifie la méthode du gouvernement de douteuse, disant que les mesures adoptées «font mal». Elle souligne que l’arrêté prévoit entre autres la suspension de tous les congés et «que les vacances en cours ou planifiées sont automatiquement payées pour une part de 50 % à taux simple et, l’autre 50 %, vous avez le choix de vous les faire payer à taux simple ou de les reporter ultérieurement». 

«Convenons-en: ces mesures sont absolument inacceptables!» écrit Mme Montour, ajoutant que le syndicat doit toutefois être consulté avant l’application d’une des mesures prévues dans l’arrêté et qu’il poursuivra ses représentations pour défendre les droits de ses membres avec l’appui de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). 

Du côté de la FTQ, l’arrêté ministériel est reçu «avec consternation». 

«La FTQ regrette cette décision du gouvernement, a-t-il été mentionné dans un communiqué. Pour la FTQ, ces mesures ne doivent être mises en place qu’en cas d’extrême nécessité.» 

«La population du Québec a besoin de ses “anges gardiens” comme aime si bien les appeler le premier ministre. Le gouvernement a la responsabilité de prendre également soin de ces derniers», a déclaré le président de la FTQ, Daniel Boyer.