/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: des Québécois soulagés d’être de retour à la maison

Des québécois de retour de Floride a l’aéroport de Quebec,  samedi le 14 mars, 2020.
PHOTO DIDIER DEBUSSCHERE Des québécois de retour de Floride a l’aéroport de Quebec, samedi le 14 mars, 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Les Américains sont encore loin de prendre la COVID-19 autant au sérieux que les Québécois, ont constaté des voyageurs qui étaient de retour au pays samedi.

• À lire aussi: COVID-19 au Québec: 5 décès, dont 4 dans la même résidence

• À lire aussi: Des patients continuent de cacher des informations

• À lire aussi: Les propagateurs du coronavirus pourraient être traînés en justice

Ginette Audet a poussé un soupir de soulagement lorsqu'elle a mis les pieds à l'aéroport Montréal-Trudeau.

«On va se sentir beaucoup plus en sécurité ici. En Floride, les restaurants et les bars ont commencé à fermer, mais à Daytona Beach, les gens continuent à aller à la plage comme si de rien n’était», a témoigné Mme Audet, qui ne regrette pas d’avoir plié bagage plus tôt que prévu.

Dans son immeuble à condos sur la côte, la quasi-totalité des Québécois a pris la même décision dans les derniers jours, après que le premier ministre François Legault eut imploré les snowbirds de revenir à la maison.

Les Québécois sont tellement préoccupés par la pandémie que certaines personnes qui devaient repartir en avion au mois d’avril ont plutôt choisi de regagner le Québec en voiture, craignant d’être contaminés. C’est le constat de Madeleine Plante, qui passe ses hivers sous le soleil de la Floride depuis 25 ans.

«L’aéroport était presque vide. Il y avait une bonne distance entre tout le monde dans l’avion. Il devait être rempli à moins que la moitié», a-t-elle illustré à son arrivée d’Orlando.

À l’instar de la plupart des voyageurs qui revenaient de Floride ou des Caraïbes samedi, Mme Plante n’a pas eu de mal à trouver des billets pour son retour précipité.

C’est une tout autre histoire pour les touristes qui se trouvaient en Asie. Des voyageurs de la région de Québec qui parcouraient l’Inde ont dû prendre pas moins de quatre vols avant de pouvoir fouler le sol québécois.

Durant leur escale à Chicago vendredi, le groupe organisé a également remarqué que les Américains semblaient moins préoccupés par le coronavirus qu’ailleurs.

«À Delhi et à Abou Dabi, les gens avaient des masques, mais à Chicago, on était presque les seuls à en porter un», s’est remémoré Louise Turcotte, en attendant l’autobus devant ramener son groupe dans la région de la Capitale-Nationale.

Plus prévoyant en Inde

Avec plus de 17 000 cas déclarés, les États-Unis s’alignent sur la courbe de l’Italie, le pays le plus touché par la crise, s’inquiètent plusieurs spécialistes. Même s’il a durci son discours dans les derniers jours, le président américain, Donald Trump, a exclu un confinement total de son pays. L’État de New York et la Californie font toutefois bande à part à ce chapitre.

En Inde, un pays où les normes sanitaires sont pourtant beaucoup moins développées, les contrôles étaient plus stricts, ont souligné les voyageurs.

«Dès le début de notre voyage, au début mars, on prenait notre température chaque fois que l’on arrivait dans un hôtel ou dans un site touristique. On nous a donné des masques. À la fin, tout était en train de fermer», a ajouté Michel Pelletier, qui s’est étonné de voir que les douaniers de Montréal-Trudeau ne leur ont donné qu’un document leur disant de rester en quarantaine pendant 14 jours.

Malgré tout, tous entendent maintenant suivre cette recommandation.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres