/sports/others
Navigation

Équipe nationale de volley: la visite de mai au PEPS en péril

Coup d'oeil sur cet article

Aucune décision définitive n’a encore été prise, mais tout laisse croire que l’arrêt de l’équipe nationale de volleyball masculin au PEPS du 7 au 10 mai sera repoussé ou tout simplement annulé.

La pandémie de COVID-19 à l’échelle planétaire a fait en sorte que la Fédération internationale de volleyball a repoussé le début de la Ligue des nations. Les activités n’ont pas été annulées, mais elles ont été repoussées après les Jeux olympiques qui, jusqu’à nouvel ordre, doivent se conclure le 9 août au Japon.

« On évalue nos programmes sur une base quotidienne, a mentionné le directeur du volet haute performance à Volleyball Canada, Julien Boucher. Notre centre national à Gatineau est fermé et le mot d’ordre est de rester à la maison. »

« Je ne veux pas spéculer, mais c’est possible qu’on ne puisse pas se rendre à Québec, poursuit Boucher. Deux facteurs pourraient expliquer qu’on ne puisse le faire, soit qu’on n’ait pas de joueurs ou qu’on ne puisse pas voyager. Dans les prochaines semaines, on prendra une décision commune avec l’Université. »

S’attendre au pire

Le Canada compte encore des joueurs en Europe. « Il y a en a une couple qui sont demeurés par choix et deux par obligation, a indiqué Boucher. Stephen Maar est toujours en Russie parce que le circuit poursuit ses activités devant des gradins vides. En France et en Italie, le calendrier a été repoussé et les joueurs risqueraient de ne pas être payés s’ils partaient. Quant à Glenn (Hoag), il est encore en Turquie. La saison est terminée. La Coupe de Turquie a été annulée et les séries éliminatoires ont été déplacées. »

Si le rendez-vous de mai devait se conclure par un match simulé le 9, l’équipe canadienne pourrait se rendre plus tard à Québec en guise de préparation pour les Jeux olympiques.

« Si on annule en mai à Québec, on va regarder si c’est possible de déplacer, a précisé Boucher. Je n’ai pas l’impression qu’on va jouer cet été. On planifie pour le mieux, mais on s’attend au pire. »