/news/coronavirus
Navigation

Jeux olympiques de Tokyo: «Trop tôt pour se prononcer», affirme la ministre Isabelle Charest

Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et responsable du loisir et du sport
Photo d'archives, Simon Clark Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et responsable du loisir et du sport

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec entend les réclamations grandissantes d’athlètes et de fédérations sportives afin d’annuler ou de reporter les Jeux olympiques de Tokyo sans pour autant prendre position sur le sujet.   

• À lire aussi: Coronavirus: la pression monte sur le CIO pour un report des JO de Tokyo-2020

• À lire aussi: «Vraiment cheap»  

«Il est trop tôt pour se prononcer quant à la tenue des Jeux, mais il est évident pour nous que le facteur principal qui doit être considéré est la santé et la sécurité des athlètes ainsi que du public. Nous suivons de près l’évolution de la situation», nous a témoigné samedi Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et responsable du loisir et du sport.   

Cette brève déclaration transmise par courriel survient dans un mouvement de plus en plus fort de la communauté sportive internationale exhortant le Comité international olympique à statuer sur le sort des Jeux devant débuter le 24 juillet.    

Une pétition initiée jeudi par Dominick Gauthier, cofondateur de l’organisme de financement pour athlètes de haut niveau B2Dix, a rallié plusieurs ex-olympiens suggérant le report d’une année, dont Alexandre Bilodeau, Jean-Luc Brassard, Alexandre Despatie, Sylvie Fréchette, Alex Harvey et Joanie Rochette. La députée libérale au fédéral et ex-cycliste participante à deux Jeux olympiques Lyne Bessette a également adhéré au mouvement.   

Les puissantes fédérations américaines d’athlétisme et de natation, la Fédération Française de Natation et le Comité olympique norvégien s’inscrivent comme les plus récentes organisations à avoir demandé samedi le report des JO.