/news/coronavirus
Navigation

Les grandes chaînes en mode embauche

Coronavirus - Covid-19
Photo courtoisie La crise a permis à Rachel Major de décrocher son premier emploi.

Coup d'oeil sur cet article

Les grandes chaînes d’épiceries sont désormais parmi les rares employeurs à recruter du personnel en pleine pandémie. 

Chacune des bannières au Québec cherche plus de 300 candidats, selon diverses sources.  

Sur le site de Loblaws, la compagnie mère de Provigo et Maxi, 938 offres d’emploi étaient affichées hier pour le Québec seulement. À l’échelle canadienne, Walmart affirmait vouloir recruter plus de 10 000 candidats. 

Partout dans le magasin 

« On embauche caissiers, commis, manutentionnaires d’entrepôt », à temps partiel ou temps plein, explique Jean-François Belleau, porte-parole du Conseil canadien du commerce de détail.  

« On offre des salaires concurrentiels et des bénéfices marginaux très intéressants », insiste-t-il. 

« On a besoin de gens qui vont travailler partout dans le magasin et à l’entrepôt, dit Stéphane Lacasse, directeur des communications à l’Association des détaillants en alimentation du Québec. On cherche particulièrement à recruter chez les étudiants qui sont en congé forcé. » 

Privée de classes au Collège Durocher en raison de la fermeture des écoles, Rachel Major en a d’ailleurs profité pour postuler pour un premier boulot et a obtenu une entrevue prometteuse en moins de 24 heures au IGA de Saint-Lambert. 

« C’est ma première demande d’emploi à vie et je suis contente d’aider en même temps », s’est réjouie l’étudiante de 16 ans.  

L’explosion des commandes à distance complique la vie des épiciers.  

« Les commandes en ligne et au téléphone sont préparées en magasin, par un commis, indique M. Lacasse. On était déjà aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre avant la pandémie et beaucoup de nos employés sont en confinement ou en quarantaine. » 

Sécuritaire 

« Les gens n’ont rien à craindre de venir travailler pour l’industrie de l’alimentation, reprend M. Belleau. L’environnement est sécuritaire et on a pris toute une série de mesures pour protéger les travailleurs. » 

–Avec la collaboration de Stéphane Alarie 

On peut postuler en ligne ici