/misc
Navigation

Les snowbirds au coeur d'un des pires foyers de propagation?

Les snowbirds au coeur d'un des pires foyers de propagation?

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques jours, on lit que les snowbirds répondent bien à l’appel du gouvernement canadien et qu’ils reviennent au pays. Une sage décision pour plusieurs raisons.  

On conseille habituellement aux Canadiens qui passent une partie de l’année en Floride de revenir rapidement parce qu’ils bénéficient ici d’une couverture médicale complète ou encore parce que les assureurs ont revu leur protection. Ces incitatifs suffisent parfois à les convaincre, mais pour ceux qui hésiteraient encore, leur obstination pourrait les exposer à une des situations les plus dangereuses de tout le territoire américain.   

C’est un lecteur du blogue (merci, Benoit Kack) qui a attiré mon attention vers des outils utilisés par le Center for Deasease Control (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) (CDC) pour tenter de bien évaluer les risques de propagation et les régions qui seront les plus durement touchées.    

Le CDC a développé depuis quelques années un outil important pour cibler ses interventions et pour identifier les communautés qu’il faut soutenir prioritairement ou massivement avant, pendant et après une catastrophe. Cet outil a pour nom l’indice de vulnérabilité sociale.    

Nous savons déjà que le risque de décéder après avoir contracté le virus est beaucoup plus élevé chez les personnes âgées. Pour le CDC, une personne âgée a soixante ans ou plus. En évaluant les risques de chaque comté aux États-Unis dans le contexte actuel, le Centre ajoute au facteur âge le calcul de son indice de vulnérabilité sociale.    

En utilisant un logiciel développé par la firme ESRI (Environmental systems research institute), le CDC est parvenu à identifier les zones de risques les plus élevés et elles sont au nombre de quatre. Deux d’entre elles se retrouvent en Floride: les comtés de Highlands et de Marion. À des taux de vulnérabilité sociale élevés, il faut ajouter les 43% de personnes âgées de Highlands et les 38% de Marion.   

Les États-Unis ont tardé à réagir, et plusieurs États hésitent à imposer le confinement, les États du sud tout particulièrement. Une part de population se fiche des mesures suggérées par les autorités alors que d’autres doutent encore du sérieux de la menace. Je ne suis la conscience de personne, mais si j’avais un conseil à offrir à nos compatriotes qui passent les mois les plus froids sous le soleil de la Floride, ce serait celui que vous entendez depuis quelques jours: envoye à maison!   

Je vous laisse d’abord un lien vers le site d’ESRI, dont le CDC tire ses prévisions. Une fois sur le site, vous faites lentement défiler la page pour accéder à la fois au contenu explicatif (sur la gauche) et aux cartes (à droite). L’outil est convivial, et on y retrouve toutes les informations importantes.    

Si le calcul de l’indice de vulnérabilité sociale a piqué votre curiosité, voici le lien vers les explications relatives à son calcul. Tous les indicateurs s’y retrouvent.    

En 2020 nous disposons de très nombreux outils efficaces pour intervenir rapidement et de manière ciblée. Souhaitons que les décideurs américains soient suffisamment sages pour y recourir et laisser les experts établir la stratégie.