/finance
Navigation

Les gouvernements doivent en faire plus, selon la FCEI

Coup d'oeil sur cet article

Les différents ordres de gouvernement sont appelés à en faire plus pour assurer la survie des petites entreprises, notamment en payant une partie importante du salaire des employés licenciés temporairement. 

Cette mesure inciterait ces travailleurs à reprendre leur poste au sein de la même compagnie quand la crise du coronavirus sera passée, croit la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). 

Par communiqué, la FCEI a donné l’exemple de la France et du Danemark, qui assument jusqu’à 80% des revenus d’un travailleur licencié à cause de la situation actuelle. 

«Une fois que l’entreprise remercie ses employés à contrecœur, il lui sera plus long et difficile de les retrouver lorsque les choses auront repris leur cours habituel», a dit craindre François Vincent, le vice-président de la fédération pour le Québec, si de telles mesures draconiennes n’étaient pas mises en place. 

La FCEI demande aussi aux gouvernements d’aider davantage les petites entreprises à payer leur loyer pendant leur fermeture temporaire. 

«Où est la logique de payer un loyer d'un lieu qu'on ne peut pas occuper?», s’est insurgé Gopinath Jeyabalaratnam, analyste principal des politiques à la FCEI. 

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante laisse entendre que les municipalités pourraient donner un congé de taxes foncières aux petites entreprises pour leur donner un peu d’oxygène pendant la crise. Le gouvernement du Québec pourrait aussi en faire de même avec la TVQ, idem pour le fédéral avec la TPS, est-il évoqué dans le communiqué de la FCEI.