/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: une longue et pénible attente avant de connaître les résultats du dépistage

Des Québécois en isolement espèrent des nouvelles depuis une semaine.

COVID-19: une longue et pénible attente avant de connaître les résultats du dépistage
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’inquiétude, l’incompréhension et l’anxiété frappent des Québécois en isolement, qui attendent depuis une semaine le résultat de leur dépistage de la COVID-19.  

Simon Sachel a été examiné lundi dernier pour le coronavirus, lui qui était de retour de Las Vegas dans le cadre de son travail. Le réalisateur y tournait différentes scènes pour la série L’appartement, avec une équipe totalisant une douzaine de personnes. À son retour à Montréal, le 12 mars, il s’est mis à présenter des symptômes grippaux.     

« J’aimerais juste ça savoir ce que j’ai », plaide Simon Sachel, dans l’attente des résultats de son test de dépistage de la COVID-19. Après le tournage de scènes de la série L’appartement à Las Vegas, le réalisateur est tombé malade.
Photo courtoisie
« J’aimerais juste ça savoir ce que j’ai », plaide Simon Sachel, dans l’attente des résultats de son test de dépistage de la COVID-19. Après le tournage de scènes de la série L’appartement à Las Vegas, le réalisateur est tombé malade.

Face à la situation, il a été décidé que Simon séjournerait à l’hôtel, le temps que sa conjointe et leurs deux jeunes enfants quittent la maison. Ses symptômes de toux et de fièvre se sont accentués, et le réalisateur a rapidement fait des démarches pour obtenir un dépistage, qui s’est finalement tenu le 16 mars. Depuis, toutefois, plus rien.     

<b>Simon Sachel</b><br /><i>Réalisateur</i>
Photo d’archives
Simon Sachel
Réalisateur

«On m’a dit que j’aurais un retour dans les 24 à 48 heures, lance-t-il. J’ai appelé au 8-1-1 dimanche, ça m’a pris deux heures avant d’avoir la ligne, et on ne pouvait rien me dire.» C’est donc le néant pour l’homme de 44 ans, qui ne sait pas à quel moment il sera sécuritaire, pour lui, de revoir sa famille.      

Une collègue de travail qui présentait aussi des symptômes a été déclarée négative. Tous les autres membres de l’équipe – bien qu’ils ne présentent aucun signe de la COVID-19 – écrivent quotidiennement à Simon, question de savoir s’ils peuvent être à risque. Le réalisateur veut être clair : le coronavirus n’est pas une simple grippe.     

«J’ai souvent eu la grippe et ça, c’est 100 fois plus fort. Ce n’est pas comparable. Je commence à aller mieux, ça a duré des jours!», décrit-il.     

«Journées stressantes»  

Une adolescente de 16 ans était, elle aussi, en attente de ses résultats depuis six jours, après un dépistage effectué lundi dernier à Trois-Rivières. La jeune fille, qui souffre d’une maladie chronique, s’est mise à tousser et à faire de la fièvre une dizaine de jours après son retour de Punta Cana, le 3 mars.     

Le résultat – négatif – est finalement tombé en fin de journée dimanche. «Ça a été, pour nous, des journées stressantes et pas faciles. Nous sommes des milliers de familles à vivre cette situation», déplore sa maman, Martine Ouellet.     

Questionné sur ces cas lors de son point de presse quotidien, dimanche, le premier ministre François Legault a assuré que la situation devrait s’améliorer dès lundi. Les résultats devraient alors être transmis aux patients dans un délai maximum de deux jours, a-t-il soutenu.