/news/currentevents
Navigation

Tadoussac: des freins défectueux sur le VR, selon le rapport du coroner

Photo de l'accident impliquant un VR et un traversier à Tadoussac.
Photo courtoisie Photo de l'accident impliquant un VR et un traversier à Tadoussac.

Coup d'oeil sur cet article

Des freins défectueux ont provoqué l’accident qui a coûté la vie d’Éric Bélec, cet homme de 40 ans décédé lorsque son motorisé s’est écrasé contre un traversier à Tadoussac, le 24 juin 2019. 

• À lire aussi: [PHOTOS/VIDÉOS] «Vol plané» à la traverse de Tadoussac: l’identité de la victime dévoilée 

Moins d’un an après le drame, le coroner a déposé son rapport d’enquête. Les conclusions ne révèlent aucune grande surprise. 

Selon Me Steeve Poisson, «les inspections mécaniques du véhicule récréatif ont permis de déceler une défectuosité du système de freinage contributive à la perte de contrôle.» 

Le boyau flexible arrière gauche était mal fixé, ce qui a occasionné une perte de pression d’huile, d’où le manque de freinage.  

Des témoins 

Au moment de la tragédie, M. Bélec circulait à bord de son véhicule récréatif en direction ouest sur la route 138 à Tadoussac. 

À l’approche du traversier Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine, la victime a immobilisé son véhicule dans la file d’attente. 

À 12h36, il est sorti de la file d’attente pour prendre la voie d’extrême droite, réservée à la circulation locale. 

Près de l’intersection de la route 138 et de la rue des Pionniers, il a changé de voie et a pris la voie de gauche. Il s’est mis à klaxonner et à faire des signes aux passants, puis il a encore changé de voie pour se retrouver en sens inverse de la circulation. À deux reprises, M. Bélec a dirigé son véhicule vers le garde-fou, pour ensuite heurter l’une des deux rampes d’embarquement du traversier. 

Vol plané 

Cette rampe était complètement relevée de sorte que le véhicule de M. Bélec s’est retrouvé projeté dans les airs, pour ensuite aller s’écraser sur la partie arrière du traversier. 

À 12h35, sa passagère a envoyé un message texte à un proche disant: «On est dans la côte pour le traversier et on n’a plus de breaks!!!»  

Plusieurs personnes ont été témoins de l’événement.  

Des images captées par des caméras de surveillance du ministère des Transports ainsi que par la Société des traversiers du Québec ont permis de voir le trajet du véhicule récréatif.