/news/coronavirus
Navigation

La Ville de Québec met à pied le quart de ses effectifs

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec est forcée de mettre à pied 2000 employés temporaires, soit le quart de ses effectifs, en raison de la pandémie de COVID-19 qui met à mal les finances municipales. 

• À lire aussi: COVID-19: le Québec dépasse la barre des 1000 cas  

• À lire aussi: Lévis: 353 employés temporaires ou saisonniers mis à pied  

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a justifié ce geste inédit par la « non-nécessité » et par l’« équité envers nos concitoyens qui ont perdu leur emploi ». 

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Simon Clark
Le maire de Québec, Régis Labeaume

« Ce sont des mesures drastiques, mais comme maire et comme Ville, on ne pouvait pas continuer de payer et garder à notre emploi des gens pour lesquels on n’a pas de travail », a-t-il affirmé. 

Il s’agit de personnel qui travaille sur les plateaux aquatiques, à ExpoCité, au Centre de foires, aux loisirs, ainsi que des cols blancs, des cols bleus et des professionnels. Tous avaient un statut non régulier. Ils représentent 27 % du total des employés de la Ville. 

La quasi-totalité des 5300 employés permanents qui restent est au travail, dont le quart en télétravail, a annoncé le maire. 

La situation actuelle met une pression énorme sur les finances de la Ville, et le budget est en « déséquilibre », a reconnu le maire. 

Sans chiffrer les pertes potentielles, il a ciblé les postes de revenus en baisse : Réseau de transport de la capitale, Centre de foires, ExpoCité, droits de mutation, etc. 

Chantiers en suspens 

Si M. Labeaume croit toujours que la relance passe par les infrastructures et les grands projets, il est incapable pour l’instant de dire si les grands chantiers déjà en cours à Québec connaîtront des retards.  

« La chaîne d’approvisionnement est disloquée, dit-il. Il n’y a pas de garantie qu’on va avoir des soumissions. » 

Les entreprises et les villes ne savent pas quel sera le prix des matériaux dans les prochaines semaines, note-t-il. 

Les grands chantiers routiers sont tous analysés en ce moment, et la Municipalité tente de voir lesquels elle devra repousser.  

Le maire a cependant assuré que la totalité des employés du bureau de projet du réseau structurant est toujours à l’œuvre, en télétravail. 

353 mises à pied à Lévis 

À Lévis, 353 employés temporaires ou saisonniers ont été mis à pied jusqu’au 13 avril. 

Il s’agit de préposés au service à la clientèle, à la surveillance des salles et des plateaux sportifs, et de brigadiers temporaires. Quelques cols blancs du secteur aquatique font également partie du lot. 

« Seuls les employés associés à l’annulation ou à la fin de certaines activités seront mis à pied. Les représentants des syndicats de la Ville ont d’ailleurs été informés à cet effet », a-t-on affirmé du côté de la Municipalité. 

Des démarches auprès de l’assurance-emploi ont été entamées pour les personnes qui perdent leur emploi. 

Si on exclut ces employés saisonniers, Lévis compte 1370 employés permanents. De ce nombre, 700 sont en service essentiel, 400 en télétravail et 270 en disponibilité. 

Principaux chantiers suspendus à Québec 

(Pour les trois prochaines semaines) 

CONSTRUCTION DU MÉGAHÔPITAL DE L’ENFANT-JÉSUS  

  • Coût du projet : 1,9 milliard $ 
  • Échéancier annoncé : décembre 2025  

ÉLARGISSEMENT DE L’AUTOROUTE HENRI-IV  

  • Coût du projet : 291,2 M$ 
  • Échéancier annoncé : 2023  

 

SIÈGE SOCIAL DE LA CNESST (SECTEUR D’ESTIMAUVILLE  

  • Coût du projet : 151 M$ 
  • Échéancier annoncé : 2021  

 

LE CENTRE DE GLACES À SAINTE-FOY  

  • Coût du projet : 68,7 M$ 
  • Échéancier annoncé : octobre 2020  

BIBLIOTHÈQUE GABRIELLE-ROY  

  • Coût du projet : 42,3 M$ 
  • Échéancier annoncé : hiver 2022  

 


Note : Le chantier de l’usine de production de vaccins de l’entreprise Medicago, évalué à 245 M$, a été jugé « essentiel » par le gouvernement et se poursuivra comme prévu. 

 

À VOIR AUSSI: