/entertainment/tv
Navigation

De la Pat’Patrouille à Charlie Chaplin

Les Temps Modernes
Photo d’archives Charlie Chaplin, alias le monsieur dans la machine, dans une scène du film Les temps modernes.

Coup d'oeil sur cet article

Nos journalistes vivent eux aussi toutes sortes de problèmes et de péripéties dans leur vie quotidienne. Ils nous livrent ici leurs témoignages personnels dans lesquels plusieurs de nos lecteurs se reconnaîtront.

C’est bien plaisant Masha et Michka, La Pat’Patrouille et l’irritant Peppa Pig, mais à un moment donné, il faut s’initier aux classiques du cinéma. Le confinement en donne une belle occasion. À quel âge peut-on présenter un film de Charlie Chaplin à un enfant ? J’ai fait le test avec le petit dernier. 

Il a quatre ans, bientôt cinq, et possède le même appétit insatiable pour l’animation à la télé que tous les enfants de son âge.

En temps normal, on tente de limiter son temps d’écran. Or, nous ne sommes plus en temps normal depuis deux semaines et, malgré la présence d’un grand frère pour le divertir à la maison, on ne peut pas totalement exclure la télé de son agenda quotidien.

D’où mon plan de l’exposer à des œuvres comme celles de Chaplin. Tout à coup, me suis-je dit du haut de mon statut de journaliste aux arts et spectacles, que je sèmerais une graine de cinéphile.

Un gars s’essaye.

Le monsieur dans la machine

J’avais choisi de lui présenter Les temps modernes et Le cirque, deux films que j’estimais être à sa portée.

Je n’ai pas assisté au visionnement du premier, trop affairé à mon télétravail. « T’as aimé ça ? » lui ai-je demandé après coup. « Oui, y a un monsieur qui est entré dans une machine et qui est ressorti après », a-t-il répondu.

En fait, il était surtout intrigué par le fait qu’on pouvait entendre la vraie voix de Chaplin dans une scène du long métrage.

Difficile donc de savoir si j’avais éveillé un quelconque intérêt.

Heureusement, j’avais un autre Chaplin en main et, à la suggestion de mon patron, à qui j’avais fait part de mon test, j’ai regardé Le cirque avec lui afin de scruter ses réactions.

« Pourquoi »

Verdict ? Mitigé. Le noir et blanc muet ne fait manifestement pas le poids devant la fiction animée, colorée et parlée.

Alors qu’il peut demeurer une heure immobile devant les aventures de Masha et Michka, face au Cirque, il s’est mis à gigoter et à réclamer quelque chose à manger au bout de 25 minutes. Une séquence tout de même ponctuée de nombreux « pourquoi », signe qu’il tentait de suivre le récit. Du moins, c’est ce que je veux me faire croire.

Il a même remarqué une différence avec Les temps modernes. « Y a des paroles dans le film, mais on ne les entend pas. » Un critique est né.

Puis, comme un enfant impatient durant un long voyage en voiture, il a fini par demander quand le film allait se terminer en se tenant en équilibre sur le dessus du divan, comme le funambule du cirque. 

Je me console en me rappelant qu’il a ri trois fois, oui trois fois, des facéties de Chaplin.

Je récidiverai plus tôt que tard.

Des films à voir

Antoine et Marie

Martine Francke livre une performance remarquable dans la peau d’une femme qui se réveille un matin dans un taxi sans avoir le moindre souvenir de son 5 à 7 de la veille. En apprenant quelques semaines plus tard qu’elle est enceinte, elle se mettra à soupçonner certains de ses collègues de travail de l’avoir agressée pendant cette soirée trop arrosée. Ce drame bouleversant du réalisateur Jimmy Beaulieu (La cicatrice) aborde avec justesse et sensibilité le thème délicat de la violence sexuelle tout en illustrant les méfaits du GHB, communément appelé « la drogue du viol ». 

► Cinépop, 7 h 30


Ma belle-mère est un monstre

C’est toujours un bonheur de retrouver à l’écran l’infatigable Jane Fonda. Dans cette comédie légère et sans prétention réalisée par Robert Luketic (Blonde et légale) en 2005, la légendaire actrice incarne une belle-mère impitoyable qui est prête à tout pour empêcher son fils adoré (Michael Vartan) de se marier avec une jeune réceptionniste (Jennifer Lopez). 

► TVA, 13 h


Heure limite

Un des grands succès du box-office en 1998, cette comédie policière de Brett Ratner, qui réunit à l’écran le tandem Jackie Chan-Chris Tucker, s’appuie sur la bonne vieille formule du duo de policiers dépareillé. Et c’est drôlement efficace. 

► Prise 2, 20 h