/news/coronavirus
Navigation

COVID-19 : la courbe américaine «va être laide», prévoit le Dr Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Si toutes les courbes montrant l’évolution de l’épidémie de la COVID-19 dans chaque pays sont la même au début, le Dr Gaétan Barrette prévoit que celle des États-Unis sera «laide» et «ressemblera à l’Italie».  

• À lire aussi: Trump impatient de lever les restrictions malgré l’accélération des décès aux États-Unis  

• À lire aussi: Andrew Cuomo, un gouverneur à la manœuvre face au coronavirus  

«Si vous prenez la courbe des États-Unis, fiez-vous sur moi, elle va ressembler bien gros à l’italienne un mois plus tard quand les États-Unis vont être rendus un mois plus tard dans leur affaire à eux autres», déclare l’ancien ministre de la Santé en entrevue à Denis Lévesque.      

  • Écoutez l'entrevue de Gaétan Barrette avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Gaétan Barrette s’attend à ce que celle du Québec soit beaucoup plus «belle».      

«La nôtre avec ce que je vois, ce qu’on fait et la réponse du public qui nous écoute, je pense que c’est une belle courbe qu’on va avoir», confie-t-il.      

Cette différence s’explique principalement par les mesures qui ont été prises rapidement au Québec, alors que les Américains ont plutôt tardé.      

La chasse aux cas potentiels   

Il ne faut pas s’inquiéter de la hausse marquée du nombre de cas des deux derniers jours, selon le médecin.      

«Nous, on est à la chasse aux cas potentiellement positifs et on en trouve plus», a-t-il expliqué.      

Pour Gaétan Barrette, il s’agit d’une bonne chose.      

«Moi, je dirais que la bonne nouvelle, c’est qu’on en attrape plus. Ça ne veut pas dire qu’on en a plus. Ça veut dire qu’on les attrape, donc on les confine, donc on empêche plus la propagation que les autres», affirme-t-il.      

Le Québec enregistre, pour une deuxième journée consécutive, le nombre le plus élevé de cas de la COVID-19 avec 1013 personnes infectées.      

«Dans ces chiffres-là, c’est peut-être les autres [provinces] qui sont plus mal prises que nous parce qu’elles en attrapent moins. Il n’y a aucune raison qu’eux autres, ils en aient moins qu’au Québec. Eux autres aussi ils ont des snowbirds.», soutient-il.