/entertainment/tv
Navigation

La téléréalité en mode quarantaine

The Circle
Photo courtoisie, Netflix Une scène de la téléréalité The Circle, diffusée sur Netflix.

Coup d'oeil sur cet article

La simple idée de voir des rassemblements – même à la télévision – vous angoisse ? Pas de panique. Avec ses deux dernières téléréalités, Netflix se met en mode quarantaine pour nous accompagner en période de crise. 

Télétravail, isolation, écoles fermées... les temps sont durs. Certains souhaitent donc fuir la réalité, s’évader dans des fictions ou tout autre divertissement leur rappelant ce bon « vieux » temps où le principe de la « distanciation sociale » semblait farfelu. 

D’autres, par contre, préféreront se coller à la réalité actuelle, se divertissant, oui, mais selon les nouvelles règles de sécurité. Et on ne peut les blâmer. Aussi bien s’habituer à ce nouveau mode de vie, puisqu’il semble être de mise pour encore quelque temps. 

Alors, on regarde quoi ?

D’abord, The Circle. Dans cette téléréalité nouveau genre, une poignée de candidats emménagent dans le même complexe immobilier. Le but ? Faire monter sa cote de popularité auprès des autres joueurs afin de mettre la main sur le grand prix de 100 000 $ décerné en fin de parcours.  

Le hic ? Les candidats sont en tout temps confinés dans leurs appartements respectifs, n’interagissant entre eux qu’au moyen d’écrans interposés via un service de clavardage. Bref, un concept prophétique, d’abord imaginé en 2018 pour la chaîne britannique Channel 4. 

Certes, sur papier, le concept peut sembler simpliste, voire ennuyant. Mais en réalité, il en est tout autre. En fait, il y a quelque chose d’étonnamment rassurant et réconfortant à voir ces étrangers se lier d’amitié en situation de confinement. 

Amour en quarantaine

Autre option ? Love Is Blind, devenu un véritable phénomène depuis sa mise en ligne le mois dernier. 

À l’instar de The Circle, cette nouvelle téléréalité met en scène des « rencontres » en contexte d’isolement. On y retrouve 30 célibataires qui doivent courtiser le sexe opposé au fil de rendez-vous doux organisés dans des cabines individuelles bien fermées. Aucun contact, aucun coup d’œil même, histoire de favoriser les affinités intellectuelles plutôt que physiques. 

Pour passer à l’étape suivante, soit la rencontre en chair et en os, ils ont une semaine pour trouver l’âme sœur qui acceptera leur demande en mariage. 

Voilà qui risque de donner espoir aux célibataires esseulés voyant dans cette quarantaine le pire des calvaires. Car après tout, si Barnett, Giannina, Cameron, Jessica et compagnie ont réussi à trouver l’amour (durable ou pas) en situation d’isolement, rien ne nous empêche de faire de même. Mais, bien évidemment, on attendra la fin de la quarantaine avant de s’offrir une véritable rencontre. 

L’amour n’est peut-être pas nécessairement aveugle. Mais il peut sans doute survivre à cette pandémie.