/sports/jo
Navigation

JO de Tokyo: Rendez-vous en 2021

La pandémie force le report des Jeux olympiques de Tokyo à l’année prochaine

Coup d'oeil sur cet article

En d’autres temps, ça aurait été perçu comme un cauchemar pour 11 000 athlètes du monde entier. Durant cette pandémie de COVID-19, c’est devenu un soulagement : les Jeux olympiques de Tokyo sont reportés en 2021. 

• À lire aussi: Quel impact économique avec le report des Jeux? 

• À lire aussi: La santé avant les médailles  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

Le Comité international olympique (CIO) et le gouvernement japonais ont convenu que les Jeux, qui devaient se dérouler du 24 juillet au 9 août prochain, sont repoussés « après 2020, mais au plus tard à l’été 2021 », selon le dénouement annoncé mardi par l’instance aux cinq anneaux.

La pandémie de la COVID-19 a étendu ses dommages jusqu’aux Jeux olympiques de Tokyo, qui ont été reportés en 2021. Le premier ministre japonais Shinzo Abe et le président du CIO, Thomas Bach, ont confirmé la nouvelle mardi.
Photo AFP
La pandémie de la COVID-19 a étendu ses dommages jusqu’aux Jeux olympiques de Tokyo, qui ont été reportés en 2021. Le premier ministre japonais Shinzo Abe et le président du CIO, Thomas Bach, ont confirmé la nouvelle mardi.

Ces Jeux conservent leur appellation Tokyo 2020 et deviendront « le témoignage de la défaite du virus », a illustré le premier ministre japonais Shinzo Abe, initiateur de ce report, une première dans l’histoire olympique en dehors des deux Guerres mondiales. 

Photo AFP

Le COC satisfait 

L’obstination des organisateurs n’aura pas résisté à l’assaut des comités olympiques nationaux, fédérations sportives et représentants d’athlètes dénonçant l’incertitude. Le Comité olympique canadien (COC), qui avait lancé dimanche une vague de boycottage si les Jeux demeuraient figés en juillet 2020, a salué la sagesse du CIO et des autorités japonaises.

« Ce fut une décision difficile, mais nous devions la prendre en fonction de nos propres intérêts pour la sécurité de nos athlètes et afin de contribuer à contrôler le virus », a répondu la présidente du COC, Tricia Smith, lorsqu’on lui a demandé si le geste initial du Canada avait influencé l’issue de ce débat.

Photo AFP

Les athlètes qualifiés rassurés 

La tourmente laisse échapper peu de détails sur les nouvelles dates et autres modifications. Par contre, il semble que les athlètes individuels et issus de sports collectifs qui s’étaient déjà qualifiés pour les Jeux, dont la formation canadienne féminine de rugby, ne devront pas s’inquiéter.

« Selon les informations qu’on a reçues du CIO dimanche, les critères sur lesquels des athlètes s’étaient qualifiés seront respectés. Dépendamment comment les Jeux vont maintenant se dérouler, il faudra assurer d’autres qualifications puisque 57 % des athlètes sont déjà sélectionnés et 43 % ne le sont pas. Il y aura un processus à déterminer », a indiqué mardi la présidente Smith, au cours d’une conférence téléphonique. 

Photo AFP

Deux Jeux rapprochés 

Ce tournant historique en entraîne un autre. Ces Jeux au milieu de l’année 2021 se déploieront à moins de huit mois des Jeux d’hiver prévus à Pékin, du 4 au 20 février 2022. Depuis le duo d’Albertville (hiver) et Barcelone (été) en 1992, jamais deux éditions n’ont été aussi rapprochées.

« Nous savions déjà qu’une séquence de Jeux d’été et d’hiver, en une année et demie, allait nous créer de la pression et un défi. Nous savons maintenant que le nouvel intervalle sera encore plus court matériellement. Nous sommes déjà à la planche à dessin pour analyser comment augmenter notre capacité. Nous devons bien faire les choses », concède le chef de la direction du COC, David Shoemaker.

Le relais de la flamme olympique de Tokyo, qui devait débuter jeudi dans la région de Fukushima dévastée par le tsunami de 2011, a aussi été reporté. Un défi colossal s’impose maintenant à cette flamme : demeurer allumée durant 16 mois...

À VOIR AUSSI