/misc
Navigation

Coupable d'avoir menti

Coup d'oeil sur cet article

Si, en Roumanie, quelqu’un peut écoper de 15 ans de prison parce qu’il n’a pas respecté les consignes liées à la COVID-19 et qu’il a causé la mort de quelqu’un d’autre en l’infectant, combien d’années donneriez-vous à quelqu’un qui, se présentant à l’hôpital, ment aux infirmières et aux médecins sur le fait qu’il est revenu de voyage récemment et qu’il a des symptômes grippaux, tout ça pour se faire soigner sans qu’on enclenche le protocole de la COVID-19?  

PETIT MENSONGE INOFFENSIF  

D’après vous, est-ce que c’est juste un petit mensonge inoffensif? Ou un acte grave, négligent, déréglé, qui met la sécurité et la vie des autres en danger? Pour moi, c’est très grave. C’est du jamais-vu, mais, dans le contexte de la crise de la COVID-19, c’est devenu carrément un acte criminel.   

Les gens ne réalisent pas vraiment à quel point c’est lourd de conséquences, à l’heure actuelle, de cacher des informations pour son propre intérêt. Il y a des statistiques qui disent que beaucoup de gens mentent à leur médecin.   

Un petit mensonge ne fait de mal à personne? Non. La situation a changé, ce n’est plus du tout la même chose et il est dangereusement irresponsable de mentir sur les informations demandées. On est en crise et l’état d’urgence sanitaire est décrété.  

PROTOCOLE  

Dépendamment des réponses données aux questions, le personnel soignant prendra des mesures de protection différentes pour sa sécurité. Donc, en mentant, les gens mettent volontairement ces intervenants en danger.  

INTENTION CRIMINELLE  

On n’est pas habitué à cela et il n’y a pas d’accusation spécifique dans le Code criminel pour condamner ce genre de comportement. Si on essaie de trouver des comparables dans notre système, on peut penser à:    

  • la fausse déclaration à la douane, qui peut valoir à quelqu'un d'être accusé d'infraction à la Loi sur les douanes;  
  • mentir à un policier, ce qui peut constituer de l’entrave ou un méfait public;  
  • mentir en cour lors d’un témoignage, ce qui constitue un parjure...    

Mais avec ce qu’on sait maintenant sur le danger du virus qui se propage rapidement et qui peut facilement tuer des gens vulnérables, on peut dire qu’on monte de plusieurs coches dans le niveau de gravité.   

Néanmoins, on n’a pas encore d’infraction pour ça, c’est nouveau. Maintenant, on est en présence de quelqu’un qui sait très bien qu’il pourrait contaminer des gens jusqu’à éventuellement provoquer leur décès, mais qui s’en fout!   

C’est carrément, pour moi, une intention qui pourrait être qualifiée de criminelle. En fait, même sans intention spécifique, ce genre de comportement déréglé et téméraire, vu la situation de pandémie, pourrait très bien, maintenant, être qualifié de négligence criminelle causant des lésions ou la mort si, à cause du mensonge, quelqu’un est contaminé et a des complications ou en décède.  

C’EST ARRIVÉ  

Depuis le début de la crise, on rapporte plusieurs cas de personnes qui ont menti à l’hôpital. Ils ont volontairement mis en danger la sécurité et la vie de plusieurs personnes du milieu de la santé. Des gens qui sont sur la ligne de front; en comparaison avec la guerre, ce sont des personnes qui se mettent en danger pour les autres tous les jours.    

Si on leur permet au moins de se protéger, ça leur donne une chance. Mais avec ces patients qui mentent sans scrupule, le danger est décuplé. Il devient invisible et imprévisible. Quand les gens disent la vérité, le personnel médical peut prendre les mesures adéquates.  

DES AMENDES SALÉES

Pour ceux qui ont déjà menti et qui se sont fait prendre, j’espère qu’il y aura des conséquences pour donner l’exemple. Même s’il ne peut y avoir d’accusations criminelles en ce moment, en raison de la nouveauté de la chose (à moins qu’on prouve que quelqu’un a été malade ou est mort par leur faute), la Loi sur la santé publique prévoit des amendes de 1000$ à 6000$ pour quiconque fait une fausse déclaration.   

Au moins, on pourrait faire réfléchir certaines personnes et donner l'exemple concret d’un comportement répréhensible en visant le portefeuille des fautifs. Cependant, est-ce assez sévère, vu l’ampleur des conséquences?  

IMPOSER DES MESURES  

Si on ne peut plus se fier à la bonne foi des gens et aux sanctions monétaires pour assurer la sécurité de nos anges, les personnes du milieu de la santé, il faudra peut-être l’intervention du fédéral et l’activation de la Loi sur les mesures d’urgence. Cette loi donne le pouvoir de contraindre les gens à respecter des directives obligatoires, sous peine d’emprisonnement. Oui, le fédéral, contrairement au provincial, a le pouvoir de donner des peines d’emprisonnement.   

On fait appel à la bonne foi des gens pour dire la vérité au personnel médical, afin de le protéger, ou pour respecter les directives du gouvernement afin de tous nous protéger. Si les gens n’écoutent pas, on pourra imposer des mesures, et c’est dommage de voir ce genre de mesures coercitives dignes de la guerre dans notre société en 2020. Vraiment?   

Est-ce que ça prend la menace de peines d’emprisonnement allant jusqu’à cinq ans pour faire comprendre à certaines personnes qu'il est déréglé de mentir sur un sujet aussi sérieux, puisque cela met en danger la vie du personnel médical qui est la pour elles?  

UN TUEUR SILENCIEUX  

Collaborons par solidarité et conscience citoyenne, ça ira mieux! Une personne sensée n’a pas besoin d’être menacée de prison pour agir correctement. Nous sommes en présence d’un tueur silencieux, ce n’est pas à prendre à la légère. Les conséquences d’un mensonge sont trop grandes dans ce cas, et c’est pour ça que je crois qu’il devient criminel.