/news/education
Navigation

Au bout du fil ou à l’écran: les profs invités à réaliser un suivi auprès des élèves chaque semaine

Québec précise ses consignes au réseau scolaire pendant la période de fermeture

Distance learning online education. A schoolboy boy studies at home and does school homework. A home distance learning
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Québec invite tous les enseignants qui le peuvent à contacter leurs élèves par téléphone ou à l’écran une fois par semaine, en priorisant les jeunes en difficulté.  

• À lire aussi: [EN DIRECT JEUDI 26 MARS] Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: Des enseignants s’opposent aux négociations accélérées  

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a transmis jeudi matin au réseau scolaire des précisions sur les mesures à mettre en place à partir du 30 mars, pour la période de fermeture.   

Les enseignants et le personnel scolaire sont «invités, dans la mesure du possible, à réaliser un suivi hebdomadaire auprès de leurs élèves et ce, en priorisant ceux qu’ils considèrent comme étant les plus vulnérables» par téléphone ou à l’écran, par vidéomessagerie.   

«À partir du 6 avril, règle générale, les parents ou les élèves vont recevoir un appel. Je pense que la plupart du temps, ce sera l’enseignant, mais ça pourrait aussi être un autre membre du personnel. C’est important de tenir compte de la réalité personnelle des gens», a indiqué le ministre Roberge, lors d’un entretien avec Le Journal jeudi.   

Il s’agira d’abord d’un «appel humain», pour prendre des nouvelles du jeune et pour savoir s’il a accès à différents outils d’apprentissage. Le suivi pourra évoluer au fil des semaines, précise le ministre.   

L’élève recevra par ailleurs chaque semaine, à partir du 6 avril, une trousse éducative adaptée à son niveau, contenant des activités recommandées, mais non obligatoires (voir plus bas).   

Les enseignants qui le veulent pourront bonifier cette trousse ou l’adapter, selon les besoins de leurs élèves.   

Concernant les élèves en difficulté, le ministre donne le feu vert aux directions d’école afin qu’elles mobilisent «l’ensemble de leur personnel» pour donner tout le soutien psychologique et pédagogique aux élèves tout en faisant preuve de «flexibilité» afin de tenir compte des situations personnelles de chacun.   

Accès aux écoles  

Par ailleurs, même si les écoles demeurent fermées au public et au personnel, les directions d’école sont invitées à coordonner une opération de récupération de matériel personnel et scolaire «absolument nécessaire» d’ici au vendredi 17 avril, en respectant les mesures sanitaires.   

Encore une fois, la priorité sera accordée aux élèves en difficulté, ce qui devrait permettre notamment à un élève qui utilise des logiciels d’aide à l’apprentissage de récupérer un ordinateur portable, par exemple.   

La grande majorité des élèves et des parents devraient toutefois être contactés au cours des prochaines semaines à ce sujet, a précisé M. Roberge.   

«Idéalement, tout le monde aura eu l’occasion d’aller récupérer son matériel avant le 17 avril. Je pense que ce sera le cas pour plus de 90% des gens, mais il faut tenir compte du contexte. On ne peut pas prévoir tout ce qui arrivera, on est dans une situation d’urgence», a indiqué le ministre.   

Québec invite aussi les écoles à prêter du matériel informatique aux élèves en difficulté ou aux familles défavorisées.   

Par ailleurs, si la fermeture des écoles se prolonge au-delà du 1er mai, les enseignants pourront préparer des bulletins finaux basés sur leur jugement professionnel et les évaluations réalisées par les élèves jusqu’à maintenant.     

Les mesures éducatives mises en place par Québec pendant la période de fermeture des écoles :   

Nouveau site Internet : à partir du 30 mars  

Lancement d’un nouveau site internet créé par le ministère de l’Éducation regroupant des suggestions d’activités pédagogiques optionnelles. Les détails seront annoncés d’ici lundi.   

Émissions éducatives à Télé-Québec : date à déterminer  

Des annonces seront faites sous peu, mais il est peu probable que la diffusion commence dès la semaine prochaine.   

Trousses éducatives : à partir du 6 avril  

Les élèves devraient commencer à recevoir une trousse éducative individualisée, adaptée à leur niveau. Les envois se feront par courriel et pourraient se faire par la poste au besoin. Les activités seront facultatives. Aucune évaluation n’est permise.   

Suivi individualisé par l’enseignant : à partir du 6 avril  

Les enseignants qui le peuvent seront invités à communiquer avec chacun de leur élève, en priorisant les jeunes en difficulté. Les communications pourront se faire par téléphone ou à l’écran.   

Bulletins finaux : précision à venir  

Québec a déjà annoncé que les examens ministériels sont annulés. Toutefois, si la fermeture des écoles se prolonge au-delà du 1er mai, les enseignants pourront préparer des bulletins finaux basés sur leur jugement professionnel et les évaluations réalisées avant la fermeture. Les modalités entourant la préparation de ces bulletins seront transmises au besoin.   

Des consignes qui créent la confusion  

Des syndicats d’enseignants et des parents dénoncent la confusion engendrée par les nouvelles consignes transmises au réseau scolaire jeudi, qui apportent davantage de questions que de réponses.  

«On est très déçu de ce qui a été écrit, ça mène à la confusion. Ça sonne de partout», lance Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ).  

Lors de différentes entrevues accordées au cours de la journée de jeudi, le ministre Roberge a en effet dû apporter des précisions qui ont permis d’éclaircir certains passages de la communication transmise en début de matinée aux dirigeants du réseau scolaire.  

Dans sa missive, Québec demande aux directions de coordonner une opération afin que les parents et élèves puissent venir à l’école pour récupérer du matériel personnel et scolaire «absolument nécessaire», en priorisant les élèves en difficulté.  

Or le ministre Roberge a par la suite précisé au Journal que tous les parents et élèves devraient être invités à le faire, d’ici le 17 avril.  

Autre sujet de préoccupation : le suivi individualisé à faire avec chaque élève. Il s’agit d’une mission «impossible» pour des enseignants du secondaire qui ont plusieurs groupes d’élèves, souligne Mme Scalabrini.  

«On est à la recherche de moyens pour ne pas laisser tomber les élèves, mais ça amène les gens à se poser énormément de questions», ajoute-t-elle.  

De son côté, la Coalition des parents d’élèves à besoins particuliers aurait aussi aimé que Québec élabore un plan d’action plus concret et détaillé pour les élèves qui en ont le plus besoin. «À première vue, c’est encore flou», laisse tomber sa porte-parole, Bianca Nugent. 

Cette position n’est toutefois pas partagée par tous les acteurs du réseau. Du côté de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement, on considère que ces nouvelles consignes sont «assez claires» et qu’elles répondent aux demandes formulées auprès du ministère.  

Même son de cloche de la part de la Fédération des comités de parents du Québec, où on est «assez satisfait», indique-t-on.  

À VOIR AUSSI