/world/america
Navigation

COVID-19: les cultes religieux «essentiels», décrète Bolsonaro

COVID-19: les cultes religieux «essentiels», décrète Bolsonaro
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président brésilien Jair Bolsonaro a inclus jeudi par décret les activités religieuses parmi les services essentiels devant rester ouverts même en période de confinement pour cause de coronavirus. 

• À lire aussi: [EN DIRECT JEUDI 26 MARS] Les derniers développements de la pandémie

• À lire aussi: COVID-19 au Brésil: risque de «chaos» et de «pillages», avertit Bolsonaro

• À lire aussi: COVID-19 au Brésil: les sans-abri de Rio en mode survie

Ce décret, publié au journal officiel, ajoute dans la liste des services considérés comme essentiels, au même titre que ceux des pharmacies ou des supermarchés, « les activités religieuses quelle qu’en soit la nature ». 

Il ajoute toutefois que ces activités « devront être conformes aux instructions du ministère de la Santé ». Le ministère pourrait in fine choisir d’imposer des restrictions aux lieux de culte. 

Certains États et municipalités ont déjà imposé une série de restrictions, recommandant la non réalisation de célébrations religieuses et imposant également la fermeture des écoles et des commerces considérés comme « non essentiels ».  

Des mesures fortement critiquées par le président, qui a accusé certains gouverneurs d’États de mettre en place une politique de « la terre brûlée ». 

Jair Bolsonaro a été élu en octobre 2018 en bénéficiant d’un large soutien de la part des Églises évangéliques. 

Même si certaines de ces Églises ont décidé depuis plusieurs semaines d’organiser des célébrations à distance retransmises sur les réseaux sociaux pour éviter tout rassemblement, d’autres se sont élevées contre toute fermeture des lieux de culte. 

La semaine dernière, le très influent pasteur Silas Malafaia, qui a déjà reçu Jair Bolsonaro a plusieurs reprises dans son temple à Rio, avait assimilé les mesures de confinement à une « tactique de Satan ». 

« Mes amis, ne vous inquiétez pas à cause du coronavirus. C’est une tactique de Satan, il s’alimente de la peur », avait-il affirmé.  

Il a fini par se raviser vendredi, suspendant toute célébration jusqu’à nouvel ordre, en raison notamment des restrictions des pouvoirs publics sur les transports.  

Mais il a assuré que les temples resteraient ouverts aux fidèles. 

Le parquet de Rio avait déjà réclamé la suspension des cultes du pasteur Malafaia, mais cette demande a été rejetée par un juge. 

Dans l’Église catholique, la Confédération nationale des Évêques du Brésil (CNBB) a assuré jeudi matin à la chaîne TV Globo que les paroisses devaient privilégier les messes à distance. 

La CNBB avait déjà fortement critiqué mercredi une allocution du président Bolsonaro remettant en cause les mesures de confinement prises par certains États.  

Le plus grand pays d’Amérique Latine compte 2433 cas de Covid-19 recensés, dont 57 décès, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.