/sports/hockey/canadiens
Navigation

Danault le bon citoyen

Le joueur du CH n’a pas hésité à répondre à l’appel de François Legault

Canadien de Montréal pratique
Photo Pierre-Paul Poulin Phillip Danault a publié la semaine dernière une vidéo sur les réseaux sociaux afin d’encourager les gens à rester à la maison.

Coup d'oeil sur cet article

Béatrice Martin, alias Cœur de pirate, a composé une petite chanson pour convaincre les jeunes de rester à la maison. Rachid Badouri a enregistré un message hilarant où il implorait les parents des adolescents d’user de leur autorité. Phillip Danault a aussi ajouté sa voix pour conscientiser les plus jeunes. 

Artiste, humoriste, hockeyeur, ils ont tous rapidement répondu à l’appel du premier ministre du Québec, François Legault. C’était dans les premiers jours de la crise de la COVID-19. 

Le 17 mars, M. Legault avait demandé l’aide des personnalités influentes pour sensibiliser les jeunes à rester chez eux afin d’endiguer la pandémie du coronavirus. Il avait lancé le slogan « Propage l’info, pas le virus ». 

« Quand j’ai entendu cette demande du premier ministre, ç’a sonné une grosse cloche dans ma tête, a dit Danault en entrevue téléphonique au Journal. Il a interpellé les athlètes pour recevoir de l’aide et je n’ai pas hésité une seconde. Je trouvais ça important, c’était un devoir de citoyen. » 

« Je n’ai probablement pas influencé une tonne de jeunes, mais si je peux juste en sensibiliser une dizaine, j’ai peut-être sauvé une vie. On ne sait jamais. »

Canadien de Montréal pratique
Capture d’écran tirée de Twitter

Avec l’équipe Legault

Danault a gagné le cœur de ses entraîneurs en suivant les consignes. Depuis ses débuts à Montréal à la fin de la saison 2015-2016, Michel Therrien et Claude Julien l’ont toujours décrit comme un joueur d’équipe. Il fait maintenant partie de l’équipe Legault. 

« J’écoutais la conférence du premier ministre Legault et j’ai fait mon devoir comme athlète, mais surtout citoyen, a rappelé Danault. J’ai pris ce rôle à cœur. C’est comme si le message clignotait très gros devant moi. »

« J’ai reçu aussi des réponses des plus jeunes. J’aimais lire les mots envoyés. Ça fait plaisir quand tu lis que tu peux servir d’inspiration ou que tu es le joueur préféré d’un jeune pour ce que je fais sur la glace ou à l’extérieur. » 

Dans le bois à Québec

Depuis l’interruption de la saison dans la LNH, Danault et sa femme Marie-Pierre ont mis le cap sur Québec, où ils ont une maison près d’un lac et dans un coin isolé. »

« Je suis bien ancré dans le bois, bien loin. Nous sommes bien ici. Quand je vais à l’épicerie, je sors des serviettes désinfectantes. Il y a une crainte, comme tout le monde, mais nous suivons les conseils en restant à la maison. Nous restons de bons citoyens. » 

Dans cette période de crise planétaire, le numéro 24 du Canadien a les priorités à la bonne place. 

« Le hockey devient quand même secondaire, a-t-il admis. La santé de la population passe bien avant notre sport. Je ne veux surtout pas que ma famille attrape ce virus.  »

Du temps en famille

« Avec le repos, j’en profite aussi pour soigner des blessures. J’étais assez magané physiquement. J’avais une blessure à la cheville. Je jouais malgré la douleur. J’avais mal pendant près de deux mois, j’avais une entorse de grade trois. »

Malgré la blessure, Danault était l’un des quatre joueurs du CH (Max Domi, Jeff Petry et Nick Suzuki) à avoir joué les 71 matchs de l’équipe. 

S’il n’a aucune idée quand il renouera avec ses activités régulières, Danault se console en rattrapant le temps perdu avec sa conjointe et son garçon de 14 mois, Phillip-Édouard. 

« Le point positif numéro un, c’est de passer plus de temps avec ma famille. Je sentais que j’avais perdu des moments précieux dans le développement de mon fils. Je suis maintenant de retour à temps plein avec eux. Je ne me tannerai pas de ma femme ! »

Rien d’acquis

« Je m’ennuie surtout de bouger. C’est spécial ce qui se passe. Je trouve ça extrêmement triste, mais je crois que ça nous permettra de redécouvrir des bonheurs simples. Les gens auront probablement plus le goût de redécouvrir des coins de leur pays. Quand nous irons au restaurant, nous ne prendrons plus ça pour acquis. La vie de tous les jours changera. »

Et quand il veut bouger, le joueur de centre de 27 ans a recours à un guide d’entraînement concocté par Pierre Allard et Patrick Delisle-Houde, les préparateurs physiques du Tricolore. 


Par ailleurs, le Canadien a offert un contrat de trois ans au Finlandais Jesse Ylonen. Le choix de deuxième tour au repêchage de 2018 fera donc ses débuts en Amérique du Nord à l’automne, s’il y a du hockey à cette date.