/opinion/columnists
Navigation

Nos brebis galeuses

Coup d'oeil sur cet article

Parmi nos millions de brebis égarées de par le monde que nous devons encore rapatrier comme de bons bergers, combien s’avéreront galeuses ? Combien se contrefoutront des consignes de confinement une fois de retour ?  

Compter sur la bonne foi des Elvis Gratton qui reviennent d’Acapulco avec un sombrero sur la tête et qui ne jettent même pas un coup d’œil sur la brochure qu’on leur remet à Dorval, c’est de la pure naïveté. Évidemment que plusieurs désobéiront ! Certains en seront même fiers ! 

  • ÉCOUTEZ le commentaire de Gilles Proulx à l'émission Politiquement incorrect, sur QUB Radio:

Voilà pourquoi, historiquement, on confinait les nouveaux arrivants aux États-Unis à l’île d’Ellis, au large de New York, celle où s’érige la statue de la Liberté, le temps de s’assurer qu’aucune maladie contagieuse ne se dissémine dans la terre d’accueil. Cette mesure sanitaire a déjà visé des gens devenus ensuite célèbres tels Lucky Luciano, Charlie Chaplin, Bob Hope, Greta Garbo, Alfred Hitchcock, etc.  

« Tout inclus » 

Chez nous, sur la Grosse-Île, au large de Montmagny, souvent surnommé l’île des Irlandais, on a reçu des nouveaux venus qui débarquaient souvent avec la « maladie de la patate » le temps qu’ils guérissent avant de se fondre dans la population. 

L’hygiène et les conditions médicales ont tellement progressé depuis cette époque que l’on pensait en avoir fini avec cette étape incommodante pour le nouvel arrivant : celle où on le garde en quarantaine, de force, dans une sorte de « tout inclus » sanitaire. 

Retour du fléau 

Ironiquement, j’étais invité en mai à la Grosse-Île, par la compagnie de navettes touristiques. Mais mon voyage vers ce lieu marqué par une ancienne épidémie sera probablement annulé parce que ce fléau du passé a refait surface. 

Je ne parle pas de rouvrir la Grosse-Île, mais d’aménager des hôtels, des écoles, des gymnases, pour une quarantaine obligatoire pour toutes nos brebis égarées de retour. Et si ça prend les mesures d’urgence pour faire ça, eh bien, que Trudeau les invoque donc !