/news/coronavirus
Navigation

Ottawa a envoyé des masques en Chine juste avant l'éclosion au Canada

Ottawa a envoyé des masques en Chine juste avant l'éclosion au Canada
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Affaires mondiales Canada a expédié 16 tonnes d’équipements de protections médicales individuels en Chine le mois dernier pour lutter contre le coronavirus, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déjà averti les pays à se préparer à une pandémie.  

• À lire aussi: [EN DIRECT JEUDI 26 MARS] Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: À 30 ans, cet homme a bien cru que le virus finirait par le tuer  

• À lire aussi: COVID-19: 40G$ pour les nouveaux chômeurs  

Selon le «Globe & Mail», le 9 février dernier, le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, avait annoncé que depuis le 4 février, «le Canada a envoyé environ 16 tonnes d’équipements de protection individuelle, incluant des vêtements, des visières, des masques, des lunettes et des gants» en Chine, dans un effort de collaboration pour lutter contre la COVID-19.  

Le pays à l’origine de l’épidémie était en plein pic de cas détectés, l’envoi d’équipement était alors justifié. La ministre du Développement international, Karina Gould, avait à ce moment déclaré par voie de communiqué que «des équipements de protection individuelle sont essentiels pour prévenir et limiter la propagation du virus.»   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Paul Laurier, ex-enquêteur de la Sûreté du Québec, à QUB Radio:  

Or, l’OMS avait averti le 30 janvier que l’épidémie était une «urgence de santé publique de portée internationale» et qu’«il était attendu que de nouveaux cas exportés à l’international peuvent apparaitre dans n’importe quel pays.»  

L’agence des Nations Unies avait aussi expliqué que «tous les pays devraient être préparés pour un confinement, comprenant une surveillance active, une détection précoce, l’isolement et la gestion des cas».  

Le 7 février, l’OMS a également prédit «de graves perturbations liées au coronavirus» dans l’approvisionnement d’équipements de protection individuelle.  

«Il était absolument certain que début février, nous aurions eu besoin de ces équipements, a indiqué au «Globe & Mail», Amir Attaran, professeur à l’école d’épidémiologie et de santé publique de l’Université d’Ottawa. Cette décision est allée au-delà de l’altruisme et s’est traduite par une grande négligence et de l’incompétence, parce que le Canada n’avait pas et n’a pas d’équipement excédentaire à gâcher.»  

Adam Austen, attaché de presse de François-Philippe Champagne, a indiqué au «Globe & Mail» que l’envoi à la Chine était justifié par l’effort de collaboration pour combattre le SARS-CoV-2, et qu’aujourd’hui, la Chine nous rend la pareille.  

Rien n’indique toutefois que le don chinois sera aussi important. Le quotidien torontois a tenté d’avoir une réponse de l’ambassade de Chine à Ottawa, sans succès.  

Les produits que le Canada a envoyés en Chine comprenaient 50 118 visières, 1101 masques, 1820 paires de lunettes, 36 425 combinaisons médicales, 200 000 gants en nitrile et 3 000 tabliers, provenant des stocks de la Croix-Rouge canadienne et du gouvernement du Canada.  

À VOIR AUSSI