/news/coronavirus
Navigation

Washington aurait écarté la possibilité de militariser sa frontière avec le Canada

Coup d'oeil sur cet article

L’administration Trump a finalement écarté l’idée de déployer des militaires à la frontière canado-américaine en raison de la pandémie de COVID-19, selon le Wall Street Journal.

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: Le premier ministre Justin Trudeau se défend  

• À lire aussi: Trudeau souhaite une baisse des taux des cartes de crédit  

Le gouvernement Trudeau s’opposait fermement à ce scénario et n’a pas hésité à exprimer sa position, jeudi.

«Le Canada et les États-Unis ont la frontière non militarisée la plus longue au monde et c’est dans l’intérêt des deux pays de la garder comme ça», a affirmé le premier ministre Justin Trudeau dans son point de presse quotidien depuis sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa.

La vice-première ministre Chrystia Freeland en a rajouté en qualifiant une éventuelle action en ce sens de «non nécessaire» et de «dommageable» pour les relations diplomatiques entre le Canada et les États-Unis.

La nouvelle a fait surface en matinée, jeudi, que la Maison-Blanche considérait la possibilité de déployer 1000 militaires pour appuyer le travail des agents frontaliers américains.

Selon une note gouvernementale obtenue par l’hebdomadaire américain «The Nation», ces troupes auraient notamment eu pour mandat de «renforcer la capacité [...] à protéger la santé publique et prévenir la propagation de la COVID-19».

Toujours selon ces informations, le déploiement de troupes aurait été effectif jusqu’au 30 septembre.

Dans son point de presse quotidien sur la COVID-19, vers 17h, le président Trump n’avait pas nié qu’il considérait la possibilité de renforcer les contrôles à la frontière canado-américaine.

«Nous avons un déploiement très fort à notre frontière du sud, comme vous savez, avec le Mexique [...] J’imagine que c’est une forme de justice équivalente», a-t-il dit.

M. Trump a ensuite mentionné qu’il n’aimait pas le «dumping» d’acier qui transite par le Canada, selon lui, un commentaire laissant perplexes bien des observateurs étant donné que le conflit sur l’acier et l’aluminium est considéré comme réglé depuis belle lurette.

À Ottawa, personne n’a voulu donner de détails sur le ton et le contenu des discussions qui ont eu cours avec les Américains pour les dissuader d’une militarisation à la frontière.

«C’est complètement inapproprié de la part de notre pays de parler de conversations internes concernant une décision qui n’est pas encore prise», a souligné Mme Freeland.

Le nombre de cas de COVID-19 a explosé récemment aux États-Unis, qui est devenu l’endroit où il y a le plus de cas recensés. Jeudi, l'Université Johns-Hopkins en dénombrait plus de 83 500, contre 81 182 en Chine et 80 589 en Italie.

Il est donc difficile de comprendre, dans le contexte, pourquoi des Canadiens souhaiteraient se rendre aux États-Unis et ainsi défier l’interdiction temporaire de franchir la frontière canado-américaine.