/news/coronavirus
Navigation

Poste de contrôle à la frontière du Nouveau-Brunswick

Coup d'oeil sur cet article

Le Nouveau-Brunswick a fermé sa frontière avec le Québec, sauf pour les voyages essentiels. De son côté, la Belle Province n’a cependant pas voulu en faire autant.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le service de sécurité publique du Nouveau-Brunswick sont déployés à la sortie du pont Van Horne, du côté de la péninsule acadienne.

Stéphanie Anglehart-Paulin, la mairesse de Campbellton, au Nouveau-Brunswick, a assuré que le gouvernement québécois avait été consulté avant que sa province mette en place cette mesure pour éviter la propagation de la COVID-19.

Les Québécois n’ont donc plus le droit de se rendre au Nouveau-Brunswick, sauf s’ils y travaillent dans un service essentiel. Par exemple, l’épicier de Campbellton, qui habite du côté québécois, a pu se rendre au travail jeudi matin. Par contre, un Québécois qui voudrait simplement aller visiter un ami de l’autre côté du pont en est dorénavant empêché.

À noter cependant que la Belle Province n’a pas fermé sa frontière aux ressortissants du Nouveau-Brunswick.

«Eux, ils ont une restriction provinciale. S’ils sortent du Nouveau-Brunswick, ils doivent se mettre en quarantaine, mais ils peuvent circuler au Québec sans problème. Il n’y a pas de restriction provinciale du côté du Québec», a expliqué Pascal Bujold, le maire de Pointe-à-la-Croix, en Gaspésie.

La durée de ce contrôle à la frontière demeure toujours indéterminée. En vigueur depuis mercredi, la mesure connaît quelques ratés.

En effet, le pont reliant les deux provinces, entre Matapédia et Tide Head, est toujours laissé sans surveillance.

Selon les élus municipaux, le problème devrait être réglé rapidement.