/opinion/blogs/columnists
Navigation

Vive la honte !

Oui, il faut dénoncer les gens qui nous mettent en danger !

Vive la honte !

Coup d'oeil sur cet article

 

Sur sa page Facebook, une résidente de Pointe Saint-Charles a manifesté sa colère contre les « mouchards » qui publient des photos des récalcitrants qui refusent d’obéir aux consignes de sécurité.

« Hey gang, juste rappeler qu'il est interdit par le Droit à l'image et le Droit à la vie privée de filmer ou photographier des gens sans leur accord et de publier ces photos et vidéos. Surtout quand les gens peuvent être reconnus.

Sans compter que les snitchs, ça pue. Fuck la dénonciation.

Si vous voyez des gens en attroupement, je vous suggère de vous approcher d'eux, de rester à 2 mètres et de leur expliquer, sans crier et sans engueuler, pourquoi il vaudrait mieux ne pas s’attrouper.

Pour le reste, SVP ne devenons pas une société de dénonciateurs. N'embarquons pas dans la logique de l'État policier. Parce que ça va nous retomber sur le nez par la suite... »

Jamais dans son texte, cette femme défend le droit de la population de vivre en sécurité. Elle ne parle que du droit à la vie privée. 

Le «  droit à l’image », un droit sacré dans une société narcissique au possible. 

De plus, elle ne parle jamais du devoir que nous avons tous de protéger nos voisins, notre famille — bref, la collectivité, les « autres ».

Comme si le groupe ne comptait pas. Comme si tout ce qui importait était nos sacro-saints droits individuels.

Désolé, mais nous sommes en guerre.

C’est un cliché, je sais, mais c’est vrai.

Et en guerre, certains droits individuels doivent être momentanément mis en veilleuse pour protéger la collectivité.

À Londres, pendant la Deuxième guerre mondiale, les autorités demandaient aux gens de fermer leurs lumières pour ne pas que les bombardiers allemands puissent identifier leurs cibles. 

C’était le black-out.

Les fautifs recevaient une amende sévère. 

Les gens qui ne respectent pas les règles de base de sécurité (comme la distanciation sociale) nous mettent TOUS en danger. Ils sont coupables de NÉGLIGENCE CRIMINELLE. 

Ce sont EUX, le problème. Pas les gens qui les photographient.

Et si la peur de voir leur photo circuler sur Facebook empêche certaines têtes dures de se conduire comme des rustres, eh bien, tant mieux. 

La peur de la honte a du bon, parfois.