/lifestyle/food
Navigation

Célébrez la saison des sucres

CASA 0328 UNE Zeste
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Effluve marquant du printemps, la saison des sucres peut très bien être célébrée à la maison, avec ceux qu’on aime. Une tablée digne des cabanes à sucre a maintenant toutes les raisons de naître chez soi grâce à Micheline Mongrain-Dontigny.  

<i>L’érable, c’est bon en sirop !</i><br />
Micheline Mongrain-Dontigny<br />
Guy Saint-Jean Éditeur, 192 pages
Photo courtoisie
L’érable, c’est bon en sirop !
Micheline Mongrain-Dontigny
Guy Saint-Jean Éditeur, 192 pages

Ce qui rend cette fête possible ? La version bonifiée de son livre L’érable, c’est bon en sirop ! contenant 120 propositions, dont 20 inédites. Un ouvrage qui renferme de nombreuses suggestions étonnantes comme la crème de rutabaga, du chou rouge braisé ou encore des champignons shiitakés, chaque fois avec de l’érable. 

« J’en fais de plus en plus de ces recettes, avoue l’auteure. On développe le goût avec des légumes, du poisson ou autre chose. Ça se marie super bien et c’est le fun. Des fois, il va arriver qu’on dise “ah ? Ça ne goûte pas tant l’érable”. C’est vrai, mais si tu mettais un autre sucre ou de la cassonade, ça ne serait pas pareil. Il n’y a pas le petit goût boisé qui donne une rondeur. » 

Droit au cœur 

Avec l’érable, Micheline Mongrain-Dontigny a concocté des mets synonymes d’un amalgame d’époques et de saveurs, des plats dont on se doit d’être fiers. Elle a créé un large menu allant des boissons et des entrées jusqu’aux desserts, en passant par toute une gamme de propositions consistantes. 

« J’appelle ça la nourriture du cœur. J’ai travaillé toutes sortes de cuisines – traditionnelle, plus moderne, etc. – et ces recettes-là, on a envie d’en manger, on a le goût d’en manger une fois de temps à autre sinon, ça nous manque. C’est comme la tourtière dans le temps des Fêtes.  

« Ce sont des recettes qui, si on ne les mange pas une fois ou deux par année, ça nous manque. On a ça dans nous. Je suis contente d’avoir fait le livre parce que ça démontre toutes les possibilités. J’ai tout le temps dit qu’il y a de la place pour les deux cuisines, la plus moderne et la traditionnelle. » 

Tarte Shoofly 

Parmi les suggestions de Micheline Mongrain-Dontigny, il y a la tarte Shoofly qui ravira assurément les dents sucrées, un dessert au goût de cannelle et de cassonade.  

« Ça vient des Amish du New Jersey qui la font avec la mélasse, précise l’auteure. J’avais appris d’une de mes amies ontariennes – quand j’ai travaillé avec elle dans un concours de livres culinaires du Canada – qu’en Ontario, ils la font avec l’érable. J’en avais fait une avec de la mélasse et là une avec une variante à l’érable.  

« C’est spécial comme texture. Quand je l’ai essayée, le premier test, je n’étais pas satisfaite parce qu’avec le sirop et la mélasse, ça ne faisait pas tout à fait pareil.  

« Quand tu la manges, ce n’est pas comme une tarte au sucre ou aux pacanes, pas comme une pâte à gâteau molle... Ç’a une texture spéciale. On l’a refait avec des modifications, elle a passé le test et est rendue dans le livre », ajoute Micheline Mongrain-Dontigny. 

Les nombreuses recettes approuvées par cette dernière peuvent être consultées dans L’érable, c’est bon en sirop !, offert en ligne. 

 

Produits de l’érable : à découvrir ou pas ? 


Au fil des ans, Micheline Mongrain-Dontigny a eu le goût de tester différentes déclinaisons de l’érable. Et elle a des opinions sur plusieurs d’entre elles. Quoi essayer ? Et de quelle façon ? 

Le vinaigre d’érable 

« Ça vaut la peine d’explorer et d’essayer différents produits, surtout le vinaigre. D’un vinaigre à l’autre – même un balsamique ou de vin blanc –, ça peut être différent. » 

Les perles de sirop d’érable 

« Je vois ça plus comme un produit de luxe et ça ne se conserve pas longtemps, juste une dizaine de jours. Mais ça fait vraiment spectaculaire à mettre sur un canapé ou pour décorer un dessert. Si tu reçois cinq ou six personnes, ça vaut la peine de payer le prix, si tu fais un repas de fête... » 

Les perles de vinaigre d’érable 

« Tant qu’à faire la dépense, je la ferais plus pour les perles de sirop. La texture est plus trippante : la perle est plus grosse et quand tu croques dedans, le sirop t’éclate en bouche. » 

Les sucres granulés 

« Maintenant, il y en a du plus fin et du moins fin. Quand tu fais une pâtisserie plus fine, comme un gâteau ou un biscuit fin, tu es mieux de prendre celui qui est moulu plus fin. » 

Le sirop ambré 

« Je ne recommande pas vraiment de cuisiner avec un sirop clair. C’est mieux de le mettre sur une crêpe, du pain doré ou le déguster sur quelque chose, mais cuisiner avec, non. C’est mieux l’ambré, qui donne plus de goût. Il a le goût de boisé un petit peu plus prononcé. » 

Le sirop foncé 

« J’ai fait des entrevues avec plusieurs personnes âgées de différentes régions du Québec. À Valcourt, les dames m’avaient raconté que le dernier sirop [celui de fin de production], qui est très foncé, le goût est proche de la mélasse et qu’elles aimaient s’en servir pour faire les desserts. » 

 

Gaufres aux bleuets 

CASA 0328 UNE Zeste
Photo courtoisie

Cliquez ici pour consulter la recette. 

 

Fèves au lard au sirop d’érable 

CASA 0328 UNE Zeste
Photo courtoisie

Cliquez ici pour consulter la recette. 

 

Côtes levées 

CASA 0328 UNE Zeste
Photo courtoisie

Cliquez ici pour consulter la recette. 

 

Purée de patates douces à l’ail confit et à l’érable 

CASA 0328 UNE Zeste
Photo courtoisie

Cliquez ici pour consulter la recette. 

 

Brie fondu aux amandes et au sirop d’érable 

CASA 0328 UNE Zeste
Photo courtoisie

Cliquez ici pour consulter la recette. 

 

Carrés aux pacanes à l’érable 

CASA 0328 UNE Zeste
Photo courtoisie

Cliquez ici pour consulter la recette.