/news/coronavirus
Navigation

Le Manoir Liverpool de Lévis craint le pire pour ses aînés

Coup d'oeil sur cet article

Une résidence pour personnes âgées de Lévis, qui compte déjà quatre cas confirmés, tentera d’éviter de devenir un véritable foyer d’éclosion et de propagation du coronavirus.  

• À lire aussi: 2021 cas de COVID-19 au Québec, dont 18 décès: Montréal va déclarer l’état d’urgence locale  

• À lire aussi: [EN DIRECT VENDREDI 27 MARS] 25 000 morts dans le monde, les derniers développements de la pandémie  

Le Manoir Liverpool, rue de Saint-Romuald, dénombre désormais quatre cas parmi ses 128 résidents, a confirmé vendredi la Direction de santé publique du CISSS de Chaudière-Appalaches. De ce nombre, une personne est hospitalisée. Une voiture de patrouille de la police de Lévis surveillait le site vendredi. 

La santé publique poursuit ses efforts pour limiter l’explosion des cas dans ce centre d’hébergement. Toute personne jugée à risque est contactée individuellement par les autorités.  

Plus à l’ouest, la résidence Eva de Lavaltrie a été rapidement affectée par la pandémie avec près d’une trentaine de cas et plus du quart de ses bénéficiaires.   

Stabilité relative 

Le nombre de cas n’a augmenté que de trois vendredi dans la Capitale-Nationale avec un total de 106 personnes infectées. En Chaudière-Appalaches, on dénombre maintenant 73 personnes infectées.  

Contrairement à l’Estrie, Laval, la Montérégie et surtout Montréal, qui a décrété l’état d’urgence sanitaire sur son territoire, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie semblent parvenir à limiter le nombre de cas pour le moment.  

Dans l’ensemble de la province, on compte maintenant 2021 cas confirmés et 18 décès. 

Par ailleurs, après la délation parfois exagérée à l’égard de certains citoyens de retour de voyage, c’est plutôt le manque de civisme qui a retenu l’attention vendredi. 

Manque de respect 

Les associés d’une succursale Uniprix de Saint-Georges, en Beauce, ont dénoncé les abus de quelques clients à l’intérieur de leur service essentiel. Dans les épiceries et les pharmacies, la fatigue et le stress s’installent lentement. 

« Les gens sont irrespectueux, pas tous, mais quelques-uns, chaque jour. Des clients sont malhonnêtes et engueulent nos commis au triage, à l’entrée. Nous prenons désormais la température des clients à l’entrée, car certains viennent encore consulter pour de la fièvre et l’avouent seulement une fois au comptoir du pharmacien », mentionne l’équipe de pharmaciens dans un long message.    

Les propriétaires se sont finalement résignés à demander à la Sûreté du Québec de faire des patrouilles régulières dans le secteur.    

« Nous avons cru au bon jugement de tous, mais on est loin d’y être ! » peut-on lire dans leur cri du cœur. L’équipe signalera maintenant les abus aux autorités.  

À l’heure actuelle, plusieurs pharmacies ont fermé leur magasin en prenant seulement les ordonnances par téléphone et en faisant la livraison à l’auto. 

Plusieurs mesures ont été mises en place pour assurer la sécurité des résidents et des employés :                

  • La désinfection de la résidence est réalisée en continu;        
  • Un mécanisme de surveillance électronique des portes est en place;        
  • Présence d'agents de sécurité 24h/24;        
  • Les entrées et les sorties des employés sont contrôlées. Seuls les employés ont accès à la résidence sous présentation de leur carte d'identité;        
  • Toute livraison est contrôlée par le personnel;        
  • Les personnes ayant des symptômes, qu'ils soient résidents ou employés, sont placées en isolement préventif.                

Toute personne jugée à risque est contactée individuellement par la Direction de santé publique.  

À VOIR AUSSI: