/news/currentevents
Navigation

Conduite en état d'ébriété ayant causé la mort : Anthony Bélanger en liberté en attendant que son appel soit entendu

Anthony Bélanger
Photos d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Un homme trouvé coupable de conduite en état d'ébriété ayant causé la mort d'une mère de famille quand sa voiture a défoncé la maison pendant qu’elle dormait, vient d'être relâché en attendant que son appel soit entendu. 

Anthony Bélanger, 30 ans, de Sainte-Julienne, dans Lanaudière, a obtenu sa remise en liberté, vendredi, à la Cour d'appel du Québec. En prison depuis le 26 février dernier suite à un jugement du juge Jean Roy le condamnant à 5 ans d'emprisonnement, l'accusé a manifesté son intention de porter le verdict de culpabilité en appel. Il a donc été remis en liberté le temps que son appel soit entendu. 

Anthony Bélanger a été trouvé prisonnier de sa voiture, encastrée dans les décombres d'une maison de Saint-Alexis, le 26 octobre 2014, avec un taux d'alcoolémie dépassant de deux fois la limite permise. 

Anthony Bélanger
Photo Geneviève Quessy
Anthony Bélanger

Sous les roues de sa voiture, Rachel Middleton, qui dormait dans son lit, a été tuée sur le coup et son conjoint Joël Ricard gravement blessé. Les trois enfants du couple dormaient à l'étage, et ont été les premiers à découvrir l'horrible scène. 

Rachel Middleton est morte sur le coup et son conjoint Joël Ricard a été gravement blessé, lorsque la voiture que conduisait Anthony Bélanger est venue s'encastrer dans leur chambre à coucher, à Saint-Alexis dans Lanaudière, en octobre 2014. Photo courtoisie
courtoisie
Rachel Middleton est morte sur le coup et son conjoint Joël Ricard a été gravement blessé, lorsque la voiture que conduisait Anthony Bélanger est venue s'encastrer dans leur chambre à coucher, à Saint-Alexis dans Lanaudière, en octobre 2014. Photo courtoisie

Anthony Bélanger a prétendu tout le long du procès qu'il n'était pas le conducteur de la voiture. Pourtant, selon tous les témoins, il a été trouvé seul, prisonnier des débris qui coinçaient le véhicule de tous côtés. Personne d'autre n'aurait pu s'échapper de la voiture. Malgré sa défense, que le juge a écarté en la qualifiant d'«invraisemblable et farfelue», Anthony Bélanger a été déclaré coupable de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort et des lésions. 

L'accusé a l'intention de plaider la même chose dans son appel. Bien que le juge de la Cour d'appel, Benoît Moore, ait qualifié ce moyen d'appel de «particulièrement faible, eu égard au jugement et à la preuve», il a ordonné la remise en liberté de l'accusé. 

Anthony Bélanger doit se conformer à de strictes conditions, dont l'interdiction de consommer de l'alcool et de conduire tout véhicule moteur. Si son appel est rejeté, il devra se livrer aux autorités carcérales dans les 72 heures. 

Jeanne Pouliot, mère de Rachel Middleton, était effondrée en apprenant la remise en liberté de celui qui a causé la mort de sa fille. «Ça finira quand? On en a encore pour des mois, sinon des années. J'en viens encore à dire que les accusés ont plus de recours que les victimes et je trouve ça abominable.»