/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Pas d’argent neuf mais des assouplissements

Labeaume annonce des mesures pour les entreprises

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a annoncé en conférence de presse, vendredi, de nouvelles mesures pour faciliter la vie des entreprises, lesquelles ont aussitôt été jugées insuffisantes par l’opposition à l’hôtel de ville.
Photo Jean-François Desgagnés Le maire de Québec, Régis Labeaume, a annoncé en conférence de presse, vendredi, de nouvelles mesures pour faciliter la vie des entreprises, lesquelles ont aussitôt été jugées insuffisantes par l’opposition à l’hôtel de ville.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec injectera 200 M$ à très court terme dans divers contrats, pour relancer l’économie, et a dévoilé plusieurs autres mesures, vendredi, visant à faciliter la vie des entreprises.

• À lire aussi: Québec recevra bientôt des «millions» de masques

Le maire Régis Labeaume a écarté, une fois de plus, une aide directe aux commerçants, saluant par ailleurs les annonces faites plus tôt dans la journée par Ottawa à cet égard. Il a également dénigré la proposition de congé de taxes faite par le conseiller Jean Rousseau, puisqu’il serait «illégal» d’agir ainsi, a-t-il insisté.

Pour permettre aux entreprises d’avoir des liquidités, le maire mise plutôt sur l’octroi de contrats publics à vitesse grand V. Il devancera des investissements qui étaient déjà prévus. Même s’il ne s’agit pas d’argent neuf, le maire estime que l’injection rapide de capitaux dans l’économie locale aura un impact considérable.

Par ailleurs, pas moins de 181 contrats qui viennent à échéance avec des fournisseurs de biens et services seront renouvelés automatiquement pour six mois. Ces contrats, dans divers domaines (ex : fourniture de papier, de concassé, de matériaux granulaires, entretien ménager, plomberie, etc.) ont une valeur totale de 50 M$.

«Ils vont pouvoir aller voir leur banquier avec ça. On leur donne des garanties maintenant» a-t-il exprimé.

En raison de la «pause» forcée de trois semaines, la Ville annule par ailleurs les pénalités et les frais de retard en lien avec la pandémie, pour les contrats déjà octroyés. Les futurs appels d’offres seront également «ajustés» avec des clauses sur la fluctuation des prix des matériaux. La date limite pour soumissionner sur des appels d’offres en cours sera également prolongée de trois semaines.

Déception dans l’opposition

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, estime que la Ville n’en fait pas assez pour les commerçants et s’est désolé à nouveau, vendredi après-midi, de l’absence d’aide directe. Les hôteliers et restaurateurs, qui ne soumissionnent pas sur des appels d’offres de la Ville, eux, «n’auront aucun coup de main de la municipalité», a-t-il critiqué.