/news/coronavirus
Navigation

Logements à louer: certains s'adaptent

Logements à louer: certains s'adaptent
Photo d'archives Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Legault demande aux propriétaires de logements de ne pas les faire visiter au cours des trois prochaines semaines. Si certains acceptent la situation, d’autres ont développé des façons de faire «sans contact». 

Les immeubles Laberge comptent quelques milliers d’appartements en location et le président de l’entreprise entend respecter chacune des consignes dictées par le premier ministre François Legault. 

«De toute façon, plus personne ne veut nous voir!» a dit Jean Laberge, un sourire dans la voix, lorsque contacté par Le Journal

Louer sur photo 

Pour l’instant, toutes les locations et les visites sont sur pause, sauf pour quelques locataires qui ont fourni des photos au concierge de leur immeuble dans le but de les montrer à d’éventuelles personnes intéressées. 

Mais, selon M. Laberge, «le gros de la période de location se déroule entre la mi-janvier et la fin du mois de mars», donc, selon lui, ceux qui avaient à changer d’appartement ont déjà trouvé l’endroit où ils iront habiter pour la prochaine année. 

L’homme croit aussi que plusieurs personnes qui avaient donné un avis de départ pourraient changer d’idée et décider de demeurer là où elles sont actuellement. 

À la Société Huot, qui gère quelques 2200 condos locatifs, la façon de faire est un peu différente. 

Visite virtuelle 

«Nous avons réussi à développer une grosse force de vente virtuelle et nous sommes habitués à ne pas faire visiter nos logements», a fait savoir Jean-François Deschênes, vice-président aux opérations, en précisant que les plans, photos et visites virtuelles se retrouvent sur leurs différents sites internet. 

«C’est certain que, si des gens doivent se loger pour le 1er avril, on ne va pas les laisser tomber, mais on va trouver les outils pour répondre aux demandes urgentes toute en respectant les consignes de sécurité», a-t-il ajouté en spécifiant que la technologie permet de faire de petites merveilles. 

«Il y a quelques jours, une locataire qui quitte a fait visiter son logement par FaceTime aux futurs locataires... Alors, on s’adapte! Mais les décisions prises font que les choses changent très rapidement. On parle du passé tous les jours», a-t-il laissé tomber en terminant. 

Déménager en sécurité 

Pour ce qui est des déménageurs, ceux-ci continuent de respecter les contrats passés avec leurs clients. Ils adaptent toutefois leur travail à la nouvelle réalité qui s’est imposée chez nous. 

«Certains déménagements doivent être annulés parce qu’ils avaient lieu dans des résidences pour personnes âgées. Pour les autres cas, on a mis des mesures en place pour assurer la sécurité de nos travailleurs et de nos clients», a fait savoir Jean-Sébastien Bonin, directeur chez Déménagement La Capitale. 

«Les camions sont désinfectés chaque jour et on compte beaucoup sur la bonne foi des clients pour qu’ils nous disent s’ils ont présenté des symptômes ou s’ils reviennent de voyage. On leur pose les questions d’usage, mais ils doivent nous dire la vérité», a-t-il ajouté.