/news/currentevents
Navigation

Un nouveau procès pour le policier de la SQ qui a abattu un ado à Sainte-Adèle

Un nouveau procès pour le policier de la SQ qui a abattu un ado à Sainte-Adèle
Photo d'archives, Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Condamné à quatre ans de prison pour l’homicide involontaire d’un adolescent de 17 ans survenu en janvier 2014, le policier de la Sûreté du Québec Éric Deslauriers aura droit à un nouveau procès, a tranché la Cour d’appel.  

Deux des trois juges ont accueilli favorablement l’appel du policier et ont ainsi cassé le verdict de culpabilité prononcé en septembre 2017 par la juge de la Cour du Québec Joëlle Roy.   

Le sergent Éric Deslauriers avait abattu David Hugues-Lacour le 22 janvier 2014 dans la cour de la polyvalente de Sainte-Adèle.   

L’adolescent, au volant d’une voiture volée, refusait d’obtempérer aux ordres du policier et avait ensuite accéléré dans sa direction.   

Craignant pour sa vie et affirmant avoir agi en légitime défense, Éric Deslauriers avait ouvert le feu sur le jeune homme, l’atteignant mortellement.   

Au procès, la juge Joëlle Roy avait rejeté la thèse de la légitime défense, prétextant que M. Deslauriers aurait très bien pu se déplacer et qu’il n’était pas dans la trajectoire de la voiture.   

Durant le procès, l’avocate du policier, Me Nadine Touma, avait demandé à la juge de se retirer du dossier pour une «apparence de partialité».   

C’est qu’en 2012, avant d’être nominée comme juge, Joëlle Roy avait tenu des propos controversés à l’égard des policiers.   

«Ça fait je ne sais pas combien de personnes qui se font assassiner en fait par des policiers», avait-elle dit à l’époque, alors qu’elle était avocate et présidente de l’Association des avocats de la défense.   

«S’il devait y avoir un nouveau procès, comme je propose, je crois qu’il serait mieux avisé de tenir ce procès devant un autre juge pour éviter tout malaise», a d’ailleurs écrit Jacques Chamberland, l’un des trois juges de la Cour d’appel.   

Dans sa décision, le plus haut tribunal du Québec reproche à la juge Joëlle Roy d’avoir refusé en preuve des éléments qui auraient appuyé la thèse de la légitime défense présentée par l’accusé.   

La Cour d’appel reproche également à la juge de ne pas avoir brossé un portrait fidèle des événements qui ont conduit à la mort de David-Hugues Lacour.   

Aucune date n’a encore été fixée pour la tenue du nouveau procès.