/weekend
Navigation

Cinq albums marquants d’Astérix

FILES-FRANCE-COMICS-ASTERIX-UDERZO-OBIT
Photo d'archives, AFP Albert Uderzo

Coup d'oeil sur cet article

Le dessinateur de bandes dessinées Albert Uderzo, l’un des deux créateurs avec René Goscinny du célèbre personnage d’Astérix, s’est éteint mardi passé à l’âge de 92 ans. Uderzo a contribué à la réalisation de 34 albums d’Astérix qui se sont vendus à plus de 380 millions d’exemplaires et qui ont été traduits dans 111 langues. En voici cinq des plus mémorables.   

Astérix et Cléopâtre (1965)    

FILES-FRANCE-COMICS-ASTERIX-UDERZO-OBIT
Photo courtoisie

Albert Uderzo et le scénariste René Goscinny se sont inspirés du film hollywoodien Cléopâtre, sorti en 1963, pour créer ce sixième album d’Astérix qui comprend plusieurs répliques et scènes cultes des aventures du petit Gaulois. Sans le savoir à l’époque, les deux créateurs Uderzo et Goscinny ont changé à tout jamais l’image de la mythique reine égyptienne Cléopâtre et de son « joli nez ». Soulignons que cet album a aussi inspiré deux excellents films : le long métrage d’animation du même titre réalisé par Uderzo et Goscinny eux-mêmes et sorti en 1968. Et la délirante comédie Mission Cléopâtre réalisée par Alain Chabat et mettant en vedette Christian Clavier (Astérix), Gérard Depardieu (Obélix) et Monica Bellucci (Cléopâtre).     

Le Tour de Gaule d’Astérix (1965)   

FILES-FRANCE-COMICS-ASTERIX-UDERZO-OBIT
Photo courtoisie

Avec cet album parodié d’un vieux manuel scolaire français intitulé Le tour de la France par deux enfants, Uderzo et Goscinny amènent le lecteur en voyage à travers la France pour lui faire découvrir les spécialités gastronomiques de chaque région de l’Hexagone, de Burdigala (Bordeaux) à Lutèce (Paris) en passant par Lugdunum (Lyon) et Nicae (Nice). C’est aussi dans ce cinquième album de la série que le célèbre petit chien Idéfix est apparu pour la première fois.      

Astérix chez les Bretons (1966)   

FILES-FRANCE-COMICS-ASTERIX-UDERZO-OBIT
Photo courtoisie

Uderzo et Goscinny s’en sont donné à cœur joie dans cet album qui se moque allégrement des Anglais. Tout y passe : leur accent, leurs tournures de phrases à l’envers, leurs coutumes (dont l’heure du thé et les matchs de rugby) et, bien sûr, leurs petits défauts. Astérix chez les Bretons a aussi servi d’inspiration (avec Astérix et les Normands) pour le très amusant film Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté, réalisé par Laurent Tirard en 2012 et mettant en vedette Édouard Baer (Astérix), Gérard Depardieu (Obélix), Catherine Deneuve (la Reine d’Angleterre) et Fabrice Luchini (César).     

La Zizanie (1970)    

FILES-FRANCE-COMICS-ASTERIX-UDERZO-OBIT
Photo courtoisie

Comme tous les bons amis, Astérix et Obélix ont régulièrement des petites prises de bec qui ne durent généralement pas longtemps. Dans ce 15e album de la série paru en 1970, c’est tout le village d’irréductibles Gaulois qui est divisé quand César décide de leur envoyer le bien nommé Tullius Détritus, un Romain qui réussit à semer la zizanie partout où il passe. Il en résulte un album savoureux dans lequel nos Gaulois préférés se chamaillent et se disent leurs quatre vérités.     

Le Domaine des Dieux (1971)     

FILES-FRANCE-COMICS-ASTERIX-UDERZO-OBIT
Photo courtoisie

La sortie il y a cinq ans d’un film d’animation très réussi adapté du Domaine des Dieux nous a permis de redécouvrir cet album considéré par plusieurs experts comme l’un des meilleurs chapitres des aventures d’Astérix et Obélix. Avant-gardiste notamment dans sa façon d’aborder les problèmes écologiques, ce livre s’appuie sur une intrigue originale dans laquelle Jules César tente une approche différente pour se débarrasser des irréductibles Gaulois : puisqu’il n’arrive pas à les vaincre par la force, il tentera de les séduire en faisant construire aux abords de leur village un luxueux complexe résidentiel destiné aux citoyens de Rome. Un des albums les plus satiriques de la série.