/news/coronavirus
Navigation

Silence angoissant au cœur de Manhattan

New York est mise au repos forcé selon des Québécoises qui y vivent

Coup d'oeil sur cet article

Deux Québécoises vivant à New York depuis plusieurs années découvrent pour la première fois une métropole déserte, silencieuse et parfois terrifiante pendant la pandémie de coronavirus.  

• À lire aussi: COVID-19: Justin Trudeau annonce de nouvelles restrictions de voyage  

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 28 MARS] Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

« Je peux ouvrir la porte et j’entends les oiseaux, ce qui n’est jamais arrivé », lance Catherine Choronzey, qui réside en plein cœur de Manhattan.    

  • Écoutez l'entrevue du médecin Julien Cavanagh à New York avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Près de la moitié des cas de COVID-19 aux États-Unis se trouvent dans l’État de New York. La métropole est durement touchée par le coronavirus.     

« C’est une situation de catastrophe sanitaire qu’on est en train de vivre à New York, a expliqué le Dr Julien J. Cavanagh à LCN, samedi. C’est un spectacle que je n’aurais jamais pensé voir dans ma carrière. »     

Il a tenu à lancer un message aux Québécois sur l’importance du confinement. « Si votre confinement est efficace [...] vous avez la chance historique de contenir la propagation », a-t-il dit.    

La « ville qui ne dort jamais » a été mise au repos forcé et c’est un gros défi pour les New-Yorkais, selon Mme Choronzey, qui a déménagé là-bas il y a sept ans pour sa maîtrise.    

« C’est contre leur nature, cette passivité-là », remarque-t-elle, ajoutant qu’ils sont habitués à un rythme effréné.    

Privée du brouhaha incessant de la Grosse Pomme, la femme de 36 ans apprivoise désormais le calme « apocalyptique ».    

Fini les klaxons des voitures coincées dans les embouteillages, les sirènes d’autopatrouilles, le bruit des camions qui déchargent leur cargaison ou encore les cris et rires des enfants dans les parcs. « On associe des sons à certains endroits, mais là, ça ne correspond plus », souffle la mère d’un garçon de 20 mois.     

Son fils, son mari et elle ont tous été malades il y a environ deux semaines, mais elle ignore s’il s’agissait d’une grippe ou de la COVID-19.    

« C’était encore impossible de se faire diagnostiquer, il n’y avait aucun test de disponible », dit-elle, qualifiant de très tardive la réponse des autorités à New York, comparativement au Québec.    

Un vélo de livraison se promenant au beau milieu d’une rue déserte de New York, samedi.
Photo AFP
Un vélo de livraison se promenant au beau milieu d’une rue déserte de New York, samedi.

Peur du métro  

De l’autre côté du célèbre pont de Brooklyn, pour la première fois, Marie-Claude Gallant, qui vit à New York depuis trois ans, a peur de prendre le métro parce qu’il est trop vide.    

L’ingénieure de 40 ans œuvre dans la gestion d’un vaste parc immobilier, où se trouvent les bureaux de nombreux services essentiels. Dès qu’un nouveau cas de coronavirus est déclaré, elle doit dépêcher une équipe pour désinfecter les lieux.    

Alors qu’elle se rendait à Manhattan cette semaine, trois policiers l’ont interpellée pour s’assurer qu’elle avait le droit de s’y trouver.    

Et quand elle attendait le métro, elle était « carrément seule ». « Je n’en revenais pas », dit la Québécoise.    

Du jamais-vu  

Elle n’a jamais rien vu de tel, pas en pleine nuit, et encore moins à l’heure de pointe matinale, où elle doit parfois laisser passer un ou deux trains avant de pouvoir monter.    

Elle réalise que les foules lui procuraient une certaine sécurité. Une amie aurait été menacée de la pointe d’un couteau cette semaine, raconte-t-elle, ajoutant que cette dernière s’est enfuie dans la rue, tout aussi déserte.    

Mme Gallant a ainsi demandé à son employeur de travailler de la maison pour sa sécurité.     


Le président américain Donald Trump a annoncé samedi soir qu’il renonçait finalement à placer en quarantaine les États de New York, du New Jersey et du Connecticut, après avoir évoqué cette possibilité plus tôt dans la journée et causé l’émoi dans la région.  


 ♦ L’État de New York est de loin le plus touché par le coronavirus aux États-Unis, avec 52 318 cas et 728 décès.  

Les cas continuent d’exploser  

Nombre de cas aux États-Unis   

  • Il y a 7 jours : 24 000  
  • Samedi : 124 000   

Nombre de morts aux États-Unis   

  • Il y a 7 jours : 280  
  • Samedi : 2185   

Nombre de cas à New York   

  • Il y a 7 jours : 10 000  
  • Samedi : 52 318   

 - Source : Johns Hopkins Coronavirus Resource Center  

À VOIR AUSSI