/opinion/columnists
Navigation

La catastrophe américaine

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis sont entrés dans un des pires moments de leur histoire. La catastrophe nationale à laquelle se heurtent les Américains ne fait que commencer.

Nul ne sait où elle va s’arrêter. Les ravages du coronavirus seront pires aux États-Unis que dans les autres pays industrialisés en raison du mauvais système de santé du pays. Cette pandémie aura des répercussions mondiales dans divers domaines. 

Quel est l’état de la pandémie aux États-Unis ?

Les États-Unis comptent plus de 100 000 personnes atteintes par la COVID-19. C’est plus de 300 personnes infectées par million d’habitants. Ce nombre est encore loin de ceux de l’Espagne et de l’Italie, qui recensent plus de 1400 personnes contaminées par million d’habitants. C’est cependant plus qu’au Canada, où 107 personnes par million sont atteintes, et proche de la France, où 500 personnes par million sont atteintes. Mais le nombre de personnes atteintes augmente plus rapidement aux États-Unis que dans les autres pays industrialisés, ce qui est très inquiétant.

Pourquoi la maladie progresse-t-elle plus rapidement aux États‐Unis ?

Plusieurs raisons expliquent cette propagation fulgurante. D’abord, le gouvernement de Donald Trump a minimisé la gravité de la situation. Ce faisant, il a incité une grande partie de la population à désobéir aux mesures de confinement adoptées par certains États. Ensuite, la majorité des travailleurs n’a pas les moyens de cesser de travailler pendant quelques jours ni de se faire tester. 

Les immigrants illégaux ont tendance à éviter de se faire tester, de crainte d’être expulsés. Enfin, divers mouvements religieux fondamentalistes, et plus particulièrement les évangélistes, qui forment 25 % de la population, ont tendance à rejeter la science et à croire qu’ils bénéficient d’une protection divine.

Pourquoi les Américains risquent-ils d’être davantage affectés que d’autres pays ?

Le système de santé américain est le pire de tous les pays industrialisés. Il n’est pas universel. Il est fondé sur la richesse de chaque patient. En cas de pandémie comme maintenant, il ne peut pas se transformer soudainement en un système dont la vocation serait de soigner le plus grand nombre de personnes. Il faut donc s’attendre à ce qu’il flanche plus rapidement que dans d’autres pays. Plusieurs signes montrent que c’est ce qui est en train d’arriver.

Pourquoi les comparaisons avec d’autres pays seront-elles catastrophiques ?

La progression des courbes de contagion et de mortalité augure très mal aux États-Unis, par comparaison à celles d’autres pays. Par ailleurs, les taux d’obésité, de haute pression et de diabète sont plus élevés aux États-Unis qu’ailleurs. Or, le coronavirus affecte davantage les gens qui souffrent de ces maladies. Seule la mise au point rapide d’un traitement ou d’un vaccin semble capable de freiner la pandémie aux États-Unis. 

Quels pays sortiront de la crise avec un avantage ?

Les pays qui sortiront le plus rapidement de la pandémie auront un avantage économique sur les autres. De plus, les dirigeants actuels et leurs politiques seront jugés sur la vitesse à laquelle leur pays sera sorti de la pandémie. Le gouvernement de Donald Trump n’échappera pas à la comparaison. Bien des dogmes américains sur l’individualisme féroce qui règne dans ce pays pourraient tomber à cette occasion. Mais en même temps, il faut reconnaître que l’économie internationale navigue sur des mers inconnues. Jamais une crise de ce type et de cette ampleur n’a frappé le monde. Nous sommes en train d’écrire les futurs manuels d’économie internationale.