/news/currentevents
Navigation

Ontario: des amendes salées et la prison pour ceux qui gonflent les prix

Ontario: des amendes salées et la prison pour ceux qui gonflent les prix
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, a déclaré la guerre à ceux qui profiteront de la crise sanitaire causée par la pandémie de coronavirus pour gonfler les prix des biens essentiels. En effet, les gens et entrepreneurs qui s’adonnent à cette pratique seront passibles de lourdes amendes et même d’une peine d’emprisonnement. 

• À lire aussi: Opération «snowbirds» à la frontière 

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 28 MARS] Les derniers développements de la pandémie de COVID-19 

Doug Ford a déclaré samedi, dans son point de presse quotidien, qu’il n’hésiterait pas à punir sévèrement ceux qui augmentent les prix de cinq à dix fois la valeur habituelle, comme le rapporte le National Post. 

Il a précisé que les masques, le désinfectant pour les mains, les gants de protection et les lingettes nettoyantes faisaient partie des biens essentiels. 

«Je n’ai aucune tolérance pour ce genre de choses insensées. Nous allons vous pourchasser et vous arrêter [dans vos manœuvres]», a fermement prévenu le premier ministre ontarien. 

La nouvelle réglementation instaurée par Doug Ford par le biais d’un décret d’urgence peut mener à une amende de 100 000$ et à une peine d’emprisonnement d’un an pour quiconque tente d’exploiter la situation actuelle en faisant grimper les prix de manière considérable. 

Les directeurs des compagnies fautives pourraient être condamnés à une pénalité de 500 000$ ou à une peine de prison d’un an. Les entreprises qui seront épinglées pourraient recevoir une amende allant jusqu’à 10 M$. 

Dénoncez 

Doug Ford a encouragé ceux qui sont témoins de telles pratiques de les dénoncer. 

D’ailleurs, il a annoncé cette nouvelle réglementation deux jours après qu’on lui eut signalé que l’épicerie Pusateri’s Fine Foods, à Toronto, vendait les paquets de lingettes Lysol au prix de 29,99 $. 

«C’est absolument dégoûtant qu’une compagnie comme ça puisse vendre des lingettes pour les mains à un tel prix», avait-il lancé jeudi, en conférence de presse.