/weekend
Navigation

Une dystopie littéraire

WE 0328 En mode lecture
Photo courtoisie Et toujours les Forêts
Sandrine Collette
Aux Éditions JC Lattès
336 pages

Coup d'oeil sur cet article

 L’écrivaine Sandrine Collette ne signe pas le roman le plus joyeux de l’année. Loin de là. Mais ça ne nous a pas empêchés de l’apprécier.  

Corentin n’a vraiment pas eu une enfance de rêve. D’abord parce que sa mère ne l’a jamais aimé, ensuite parce qu’elle s’est débrouillée pour lui pourrir systématiquement la vie. Son truc préféré ? « L’oublier » chez une vague connaissance pendant des semaines... et venir le récupérer juste comme il commençait à s’intégrer à son nouvel environnement. Et puis un jour, par pure méchanceté, sa mère l’abandonnera définitivement chez Augustine, la grand-mère de l’homme qui l’a engrossée. Mais contrairement à ce qu’elle aurait espéré, c’est avec cette vieille dame habitant au beau milieu de la vallée des Forêts que Corentin découvrira enfin ce que c’est que d’être heureux. 

Les années passant, Corentin parviendra ainsi à se faire de nombreux amis. Surtout lorsqu’il ira étudier à la Grande Ville, où les occasions de s’amuser et de faire la fête ne manquent pas. Sauf que...

Après la fin du monde

Nous y voilà. Dans ce roman au demeurant fort bien écrit, ce n’est pas un coronavirus meurtrier, mais plutôt une sorte de tremblement de terre à l’échelle mondiale qui détruira tout sur son passage. Arbres, immeubles, voitures, animaux, humains. 

Il y aura néanmoins quelques survivants. Étant du nombre, Corentin ne souhaitera bientôt plus qu’une seule chose : retourner dans la vallée des Forêts pour savoir si sa vieille Augustine est toujours vivante. Mais avant d’y arriver, il aura un très long et périlleux chemin à parcourir. Sans parler de la solitude... 

Faisant écho à ce qu’on traverse présentement, ce livre nous a touchés en plein cœur. 

FRISSONS GARANTIS

Dévorer les ténèbres

<b><i>Dévorer les ténèbres</i></b><br />Richard Lloyd Parry<br />Aux Éditions Sonatine<br />528 pages
Photo courtoisie
Dévorer les ténèbres
Richard Lloyd Parry
Aux Éditions Sonatine
528 pages

Richard Lloyd Parry est journaliste. Et au tournant des années 2000, il était déjà basé à Tokyo pour le compte d’un grand quotidien londonien. Sans l’avoir voulu ni cherché, il a ainsi été aux premières loges lorsque toute l’affaire Lucie Blackman a éclaté. Une affaire incroyablement sordide qui l’obsédera pendant près d’une dizaine d’années, et qu’on pourra à notre tour découvrir en lisant ce livre extrêmement bien documenté.

Tout a commencé le 1er juillet 2000. Ce jour-là, Lucie Blackman, une Britannique de 21 ans vivant depuis peu au Japon, ne reviendra pas chez elle à l’heure prévue. Ce qui ne manquera pas d’inquiéter sa meilleure amie, puisque Lucie était plutôt du genre à toujours respecter ses engagements. Mais c’est une fois sa disparition officiellement signalée que les choses dégénéreront à la vitesse grand V, parce qu’en plus d’être une blonde étrangère, Lucie travaillait illégalement dans un club d’hôtesses du quartier chaud de Tokyo... 

Si le père de Lucie ne s’était pas déplacé au Japon pour alerter les médias, la police n’aurait donc probablement pas fait grand-chose pour retrouver le meurtrier de sa fille. Car oui, Lucie a été assassinée. Par un homme d’ailleurs nettement plus tordu que la plupart des tueurs qu’on peut croiser dans les romans. 

Un vrai page-turner

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins

Alejandro Palomas<br />aux Éditions le cherche midi<br />224 pages
Photo courtoisie
Alejandro Palomas
aux Éditions le cherche midi
224 pages

En 2017, l’écrivain espagnol Alejandro Palomas nous arrachait de nombreux sourires avec Une mère, savoureuse comédie familiale qui mettait en scène une vieille mère exubérante à moitié aveugle. Guillermo, son nouveau héros, n’a cette fois que neuf ans. Et comme son principal objectif dans la vie est de devenir Mary Poppins, son institutrice ne tardera pas à l’envoyer chez la psychologue scolaire... Une très jolie histoire qui remuera bien des cœurs.

Argent sale

Karin Slaughter et Lee Child<br />aux Éditions Harper Collins<br />160 pages
Photo courtoisie
Karin Slaughter et Lee Child
aux Éditions Harper Collins
160 pages

Surprise ! Dans cet inédit publié en format de poche, l’agent spécial Will Trent (le héros culte de l’Américaine Karin Slaughter) et l’ancien officier militaire Jack Reacher (celui du Britannique Lee Child) vont non seulement se rencontrer, mais être appelés à travailler ensemble. Tous deux envoyés en mission à Fort Knox pour des motifs bien différents, ils devront en effet rapidement apprendre à se serrer les coudes. Sans être géniale, l’intrigue se lit toute seule.

Ma cabane au Canada

Frédérique Chartrand,<br />aux Éditions Marabout<br />72 pages
Photo courtoisie
Frédérique Chartrand,
aux Éditions Marabout
72 pages

Non, on n’est pas là pour remuer le couteau dans la plaie. Mais comme il n’y a plus moyen d’aller dans les cabanes à sucre, on s’est dit qu’il serait quand même sympa de se sucrer le bec à la maison. Comment ? Grâce à ce livre de recettes, qui permet facilement de servir à toute la famille cretons, soupe aux pois, oreilles de crisse, bines, tourtières, beignes à l’érable, tartes au sucre ou tire ! 

Histoire universelle de la connerie

Collectif<br />aux Éditions Sciences Humaines<br />496 pages
Photo courtoisie
Collectif
aux Éditions Sciences Humaines
496 pages

Si on ne sait pas vraiment d’où vient le mot « con », ce ne sont certes pas les exemples de connerie qui manquent : depuis que le monde est monde, elle a toujours fait partie intégrante de nos vies ! Ce livre, qui présente quelques-unes des innombrables facettes de la bêtise humaine, est donc en soi une excellente source de rigolade !