/misc
Navigation

Anthony Fauci ciblé par l'extrême droite: #FauciFraud

Anthony Fauci ciblé par l'extrême droite: #FauciFraud
AFP

Coup d'oeil sur cet article

  Vous imaginez Horacio Arruda qui subirait une vaste campagne de désinformation? L’expert de la santé publique, membre du «Deep state», qui souhaiterait un coup d’État? Alors que les États-Unis n’ont même pas encore atteint le sommet de la crise, ces accusations grossières sont devenues le lot d’Anthony Fauci.  

Lorsque j’évoque les risques que représentent les hésitations de l’administration Trump et l’incapacité du président à appuyer sans réserve ses plus grands experts, c’est que je crains les effets sur la division au sein de la population et les réactions des éléments les plus dangereux de la société.  

Alors que nos voisins vivent dans l’urgence et qu’ils devraient appliquer rapidement les mesures avancées par les spécialistes, des éléments subversifs nuisent à la cohésion. Le New York Times a relevé quelque 70 comptes Twitter qui font circuler le hashtag #FauciFraud. Plusieurs de ces comptes publient près de 800 fois par jour.  

De quoi se rendrait coupable le Dr Fauci, sommité mondiale dans son domaine? Il serait un vilain progressiste qui a déjà tenu des propos élogieux à l’égard d’Hillary Clinton à l’époque où elle était secrétaire d’État pour Barack Obama.  

Un peu partout dans le monde occidental nous assistons à cette remise en question des autorités et des sources d’information. Cette remise en question ne touche pas que la classe politique et les médias, mais aussi toute la communauté scientifique.  

Je ne suis jamais aussi inquiet que lorsqu’un populiste qui n’a aucune connaissance médicale se permet de contredire un expert mondial ou qu’il atténue la portée de ses recommandations. Les États-Unis devraient atteindre le moment le plus sombre et terrifiant de l’épidémie d’ici trois semaines et pourtant, on sent qu’Anthony Fauci doit encore prouver qu’il a les connaissances et l’expérience nécessaires pour guider les efforts des autorités politiques.  

Les théories du complot et la désinformation qui circulent actuellement peuvent être mortelles. Plus que jamais, il faut appuyer nos chercheurs et nos scientifiques et dénoncer le comportement criminel de ces irresponsables qui véhiculent des idées qui nuisent à la recherche de véritables solutions. Dans un pays où le président refuse d’appuyer sans nuance son expert le plus crédible, la tâche s’annonce herculéenne.  

Vous cliquez ici pour lire l'article du New York Times.