/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: l’île d’Orléans prise d’assaut par les visiteurs

Coup d'oeil sur cet article

Des visiteurs ont profité de la journée ensoleillée de samedi pour aller se balader à l’île d’Orléans, une situation ayant tôt fait d'inquiéter des citoyens et d’interpeller la MRC, qui songe à fermer les stationnements publics pour limiter l’achalandage.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

• À lire aussi: Trudeau annonce plus de 200 millions $ pour les organismes communautaires  

Samedi, l’île a connu un afflux important de curieux qui profitaient du beau temps pour contempler le fleuve et se promener. À en croire les témoignages d’insulaires, les rues et les stationnements étaient bondés.  

«Je n’ai jamais vu un trafic pareil sur l’île en mars. Je suis en campagne et j’avais de la misère à marcher et à garder deux mètres de distance. Il y avait des autos de stationnées dans les rues et les stationnements publics, des attroupements de personnes», déplore Nicolas Gagné, qui habite Sainte-Pétronille depuis plus de 50 ans.  

«On dirait que c’est une fin de semaine normale, comme le printemps dernier, comme si de rien n’était! J’ai même eu des touristes – qui ne parlaient pas français – qui sont venus chez moi pour me demander s’ils pouvaient prendre des photos de la chute Montmorency sur mon terrain! Le monde ne comprend pas, c’est bien de valeur», déplore-t-il.  

L’inquiétude est aussi vive chez Josée Gaudet, qui a constaté l’achalandage monstre et qui accuse les visiteurs de manquer de respect envers ses concitoyens. «C’est un manque de conscience par rapport à ce qui se passe présentement. Les gens devraient rester dans leur quartier. On peut se promener, mais dans son quartier», dit-elle.    

MRC interpellée  

Une dizaine de citoyens ont interpellé la MRC de L’Île-d’Orléans sur le sujet, samedi. Le préfet et maire de Sainte-Pétronille, Harold Noël, assure qu'il prend le dossier au sérieux.  

«Il faut trouver des mesures logiques à cette situation-là. On pense peut-être limiter ou fermer les stationnements. Parce que quand les gens circulent en voiture, il y a probablement beaucoup moins de danger que lorsqu’ils sortent de leur voiture. C’est mon idée à moi», expose M. Noël.  

Cette suggestion sera débattue lors d’une rencontre prochaine entre les six maires de l’île, qui entendent discuter précisément de l’impact de la COVID-19 sur le territoire, surtout à l’arrivée de la haute saison touristique. «Il faut planifier les prochains mois», résume M. Noël, qui rappelle que la moyenne d’âge sur l’île est l’une des plus élevées de la région.  

Pas question toutefois de fermer l’île ou de placer une patrouille policière à l’entrée du pont, assure M. Noël. «On n’est pas rendus à l’étape d’enlever ces droits-là aux gens, dit-il. Les gens sont intelligents. Il faut avoir confiance aux humains. On doit garder la tête froide et éviter la panique.»  

De son côté, la Sûreté du Québec ne s’inquiétait pas outre mesure de la situation vécue samedi à l’île d’Orléans. «Oui, il y a un volume élevé de citoyens. Ça peut donner une perception qu’il y a des rassemblements, mais il n’y avait rien qui allait à l’encontre des mesures mises en place pour le moment», avance la porte-parole Ann Mathieu.  

Cette dernière rappelle d’ailleurs que les policiers s’assurent de faire de la prévention et de la sensibilisation auprès des citoyens, de manière à ce que soient respectées les règles de distanciation sociale en vigueur.  

À VOIR AUSSI