/finance/business
Navigation

COVID-19: Olymel se résigne à fermer son usine de Yamachiche

Coup d'oeil sur cet article

Le transformateur alimentaire Olymel a dû se résoudre, dimanche matin, à fermer son usine d'abattage de porcs de Yamachiche en raison d'une épidémie de COVID-19 parmi ses employés.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

À peine quatre jours après avoir annoncé la découverte d'un premier travailleur malade, Olymel a reconnu dimanche qu'elle dénombre désormais neuf employés infectés par le coronavirus. 

Devant la propagation de la maladie, Olymel a donc décidé de fermer son usine pendant 14 jours. Les quelque 1000 employés qui travaillent à Yamachiche seront mis à pied. 

«Olymel offrira à ses employés toute l'aide et l'information nécessaires pour qu'ils bénéficient des programmes de soutien financier gouvernementaux en vigueur actuellement», a précisé l'entreprise par communiqué. 

Après la découverte du premier cas mercredi dernier, le géant de l'agroalimentaire avait mis en place plusieurs mesures de désinfection et d'hygiène pour tenter d'éviter la propagation du virus dans l'usine. 

Dans la foulée de la fermeture temporaire de l’usine de Yamachiche, tous les travailleurs de l’établissement qui y ont travaillé depuis le 12 mars se sont fait recommander de se placer en isolement préventif pour les deux prochaines semaines, par crainte qu'ils aient contracté le virus auprès de leurs collègues. 

L'entreprise a reconnu que la fermeture de l'usine entraînera des défis importants pour la chaîne alimentaire. «Olymel fera les suivis nécessaires et prendra les décisions qui s'imposent avec ses fournisseurs, notamment les producteurs de porcs qui approvisionnent cet établissement. Cette fermeture temporaire n'affecte toutefois en rien la distribution des produits sur les marchés locaux», peut-on lire dans un communiqué. 

Le maire inquiet 

Le maire de Yamachiche, Paul Carbonneau, n’était évidemment pas enchanté par cette annonce. 

«Je trouve ça vraiment triste pour l'économie de la région, bien sûr, parce que les travailleurs viennent d'un peu partout», a-t-il souligné, en entrevue à TVA Nouvelles. 

«Ce qui me rassure un peu, c'est le 14 jours, a-t-il nuancé. Ils devraient être fermés pour seulement 14 jours si tout se passe bien, ce que je souhaite.»