/misc
Navigation

Nos auteurs

Jean-Marc Légercombat des générations

Fini l’insouciance

Discussion entre le baby-boomer et sondeur Jean-Marc Léger et son fils, Philippe Léger, millénial et journaliste

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec n’est plus ce qu’il était. Jamais n’a-t-on vu un Québec aussi immobile. Pas même durant les deux guerres mondiales. En fermant les commerces non essentiels et en interdisant tout rassemblement, le gouvernement a frappé fort et se donne les moyens pour freiner la propagation de la COVID-19. 

Le trio Legault, McCann et Arruda impressionne et réconforte les Québécois. 94 % d’entre eux sont satisfaits des mesures prises. C’est le plus haut taux de satisfaction au Canada. 

Le premier ministre a raison lorsqu’il dit : « Plus vite vous suivez les consignes et plus vite la vie normale reviendra. » Le vrai problème est que plusieurs ne suivent pas les consignes. Les efforts d’une majorité peuvent donc être annulés par l’inconscience d’une minorité. 

Jean-Marc Léger : Il y a encore 46 % des jeunes qui ne se sentent pas menacés par le virus et 36 % qui n’ont pas l’intention de s’isoler des autres. On a l’impression que les jeunes sont insouciants ! 

Philippe Léger : Nous ne sommes pas plus insouciants, mais plus sceptiques. On a moins peur d’attraper le virus, mais on n’a plus peur de le transmettre à nos parents et grands-parents. Cela nous a pris plus de temps à comprendre. 

JML : C’est génial. Il faut éliminer ce mythe que les jeunes s’en foutent. Toutes les données de nos sondages démontrent qu’après une période d’adaptation où les jeunes croyaient que le risque était exagéré, les comportements sont maintenant semblables entre générations. 

PL : Il faut arrêter de trouver des coupables et se concentrer sur la solidarité entre Québécois. Tous les gestes d’entraide valent beaucoup plus pour notre société que le non-respect des règles. Surtout pour l’après-crise. 

JML : C’est vrai, parce que lorsqu’on regarde les nouveaux chiffres de Léger publiés cette semaine, il y autant de jeunes que de plus âgés qui se lavent les mains, qui maintiennent une distanciation sociale et qui arrêtent de voir leurs amis. 

PL : C’est une des premières fois qu’on est interpellés ainsi par un chef d’État. Même les jeunes ont une nouvelle routine : à 12 h 45, on prépare le dîner et à 13 h, on s’installe pour écouter le point de presse du gouvernement Legault. 

JML : Ça, c’est une bonne nouvelle, puisque je trouve que la transparence, la pertinence et l’humilité du premier ministre sont exceptionnelles. Il est en symbiose avec le peuple, quelle que soit la génération. 

PL : C’est tellement différent de ce qui se passe aux États-Unis. Un État faible et un président sans leadership moral et complètement désorienté qui crée plus de confusion qu’il n’apporte de solutions. 

JML : Il est davantage préoccupé par la santé de l’économie que par la santé de ses citoyens. 

PL : La stratégie du gouvernement du Québec de passer le message par des leaders jeunes a été la bonne. Ce sont ces « influenceurs » qui ont créé un effet de groupe. #Propagelinfopaslevirus. 

JML : Chaque génération a dû faire des sacrifices pour le bien commun. C’est votre tour d’assurer que vos parents ou grands-parents ne soient pas affectés par le virus. 

PL : Nous sommes chanceux dans notre malchance. En 2020, la technologie nous permet de communiquer avec nos proches, de faire du télétravail, d’acheter en ligne et d’avoir accès à tous les produits culturels. Imaginons cette même crise il y a 10 ou 15 ans. 

JML : Il y a des moments pour remettre en question l’autorité, d’autres pour écouter. C’est le moment d’écouter. 

PL : C’est la première fois que les jeunes d’aujourd’hui expérimentent cette appartenance à quelque chose de plus grand qu’eux-mêmes. Une collectivité, l’importance de l’État, une nation, quoi ! Ça promet pour la suite des choses. 

JML :Tous les gestes que nous posons maintenant auront un impact sur la durée de la crise. La meilleure façon de l’écourter, c’est de s’isoler et d’attendre que cela passe. Il faut garder le moral. Le virus ne gagnera pas. 

PL : Je le crois aussi. Et profitons-en pour faire ce que nous ne prenons jamais le temps de faire. Parlant de ça, je facetime maman tantôt, OK ? 

Le son d’âge