/sports/hockey
Navigation

«La meilleure vision de jeu que j’ai vue de ma vie» - Rafaël Harvey-Pinard

«La meilleure vision de jeu que j’ai vue de ma vie» - Rafaël Harvey-Pinard
Photo d'archives, Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de coronavirus ayant abruptement mis fin à son parcours junior, Rafaël Harvey-Pinard se retrouve soudainement avec beaucoup de temps entre les mains au Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’une des huit régions que le gouvernement du Québec a d’ailleurs décidé de fermer par mesure préventive.

• À lire aussi: Le plan de Rafaël Harvey-Pinard pour jouer avec le CH

L’espoir du Canadien de Montréal peut se targuer d’avoir remporté la coupe Memorial et d’avoir laissé ses tripes sur la patinoire, que ce soit avec les Huskies de Rouyn-Noranda ou les Saguenéens de Chicoutimi. Au passage, il aura affronté et côtoyé plusieurs joueurs qui risquent de faire leur marque dans la Ligue nationale de hockey dans les années à venir.

Lors d’une entrevue téléphonique avec le TVASports.ca, le Jonquiérois a accepté de jouer aux recruteurs et de nous livrer ses rapports sur quelques joueurs, en plus de répondre à quelques-unes de nos questions à leur sujet.

Alexis Lafrenière, attaquant de l’Océanic de Rimouski et probable 1er choix au total en 2020

«Il est tellement dur à contenir. Il a la meilleure vision du jeu que j’ai vue dans ma vie. Prévoir ce qu’il va faire, c’est tellement difficile. On a joué contre lui un peu avant que les activités soient annulées. On avait mis un gars sur lui pendant tout le match. Tu n’as pas le choix de faire ça sinon il va faire trois, quatre ou cinq points. Sa vision est vraiment incroyable, mais au-delà de ça, il est vraiment bon dans tout. Il a un bon coup de patin et un bon tir, c’est un joueur complet.»

Le joueur qui lui a donné le plus de fil à retordre dans sa carrière junior...

«Je pense que je vais dire Nick Suzuki. Lafrenière et Alex Barré-Boulet dans les années passées aussi. Lors du tournoi de la Coupe Memorial, j’ai affronté Suzuki deux fois l’an passé. Sincèrement, c’est impossible de toucher ce gars-là. Tu essaies de le plaquer et ça ne fonctionne pas. Tu ne sais jamais ce qu’il va faire en avant de toi. Il va sortir une feinte, tu fais genre : "Hein?" Et il est passé tout droit.»

«À la fin de la demi-finale de la coupe Memorial, il restait une minute et demie au match, je crois. Et pendant une minute et demie, tout ce que tu voyais, c’était Suzuki qui faisait des passes transversales, ça n’arrêtait plus! C’était vraiment étourdissant.»

Hendrix Lapierre, pressenti pour être repêché au 1er tour et coéquipier d’Harvey-Pinard avec les Saguenéens

«Il n’a pas eu la saison qu’il voulait. Il a été blessé longtemps [commotion cérébrale]. Sincèrement, sa réaction à sa blessure m’a surpris. Je m’attendais à ce que ce soit plus difficile que ça. Oui, ça lui tentait de revenir au jeu rapidement, mais il a respecté le fait que la santé était vraiment importante. Il a vraiment agi comme un professionnel selon moi. Je n’ai pas nécessairement joué beaucoup avec lui, mais je pense que c’est évident que ce gars-là a tout le talent offensif pour se rendre loin. Il a une vision du jeu incroyable, il a des mains incroyables. Il fait des jeux de passes au-dessus de la moyenne.»

Dawson Mercer, autre coéquipier d’Harvey-Pinard et candidat à être choisi au 1er tour

«Un gars avec une éthique de travail vraiment incroyable. Il embarque sur la patinoire et il fait une différence quand il touche à la rondelle. Il est vraiment dur à arrêter. Il a lui aussi des mains incroyables et une vision du jeu hors du commun. Il est aussi capable de s’impliquer dans sa zone.»

Repêcherait-il Lapierre et/ou Mercer au 1er tour, dans les souliers d’un directeur général?

«Je n’ai aucun doute là-dessus. Même s’ils glissent au repêchage, ils seront capables de faire leur chemin. Ils travaillent fort et ils ont quelque chose de spécial sur le plan offensif qui fera en sorte qu’ils se rendront loin.»

«Lapierre, je l’ai vu, il s’entraînait, il se donnait sur la patinoire. Ce n’est pas un risque de le prendre. Il est jeune, il va se rétablir et il va revenir deux fois plus fort.»

Samuel Houde, coéquipier d'Harvey-Pinard et espoir du Canadien, choix de 5e tour (133e au total) en 2018

«C’est évident quand tu le regardes jouer. Il a un coup de patin assez impressionnant. Quand il part avec la rondelle en arrière du filet, ce n’est pas trop compliqué pour lui de se rendre de l’autre côté. Il est aussi responsable dans sa zone et il a un bon tir du poignet. En dehors de la glace, je n’ai rien de négatif à dire sur Sam. C’est un gars qui aime jouer au hockey et qui est apprécié par tout le monde.»